• Un silence brutal

    Un silence brutal

    "Un silence brutal" de Ron Rash - Gallimard

    Présentation de l'éditeur :

    Dans ce coin des Appalaches, entre rivière et montagnes, que l'œuvre de Ron Rash explore inlassablement depuis Un pied au paradis, un monde s'efface devant un autre : à l'enracinement des anciens à leur terre succède la frénésie de profit des entrepreneurs modernes. 
    Le shérif Les, à trois semaines de la retraite, et Becky, poétesse obsédée par la protection de la nature, incarnent le premier. Chacun à sa manière va tenter de protéger Gerald, irréductible vieillard, contre les accusations de Tucker, propriétaire d'un relais pour riches citadins curieux de découvrir la pêche en milieu sauvage. Dans leur esprit, Gerald est incapable d'avoir versé du kérosène dans l'eau, provoquant la mort des truites qu'il aime tant. Mais alors, qui est le coupable? 
    La voix de Becky incarne la poésie infinie de la prose de Ron Rash, dont la colère s'exprime dans la description des ravages de la meth, fléau des régions frappées par le chômage et délaissées par les pouvoirs publics.

    Première page :

    "Alors que le soleil colore encore les montagnes, des êtres aux ailes de cuir noir tournoient déjà à faible hauteur. Les premières lucioles clignotent, indolentes. Au-delà de cette prairie des cigales s'emballent et ralentissent comme autant de machines à coudre. Tout le reste paré pour la nuit, hormis la nuit elle-même. Je regarde l'ultime lueur s'élever au-dessus de la rase campagne. Au sol des ombres suintent et s'épaississent. Des arbres en cercle forment des rives. La prairie se mue en étang qui s'emplit, à la surface des dizaines de suzannes-aux-yeux-noirs.

    Je m'assieds sur un sol qui fraîchit, bientôt humide de rosée. Près de moi une charrue à versoir abandonnée de longtemps. Des lianes de chèvrefeuille enroulent leurs verts cordons, des fleurs blanches accrochées là comme de petites ampoules de Noël. J'effleure un manche qu'ont poli rotations de poignet et suantes étreintes. Le souvenir des mains de mon grand-père, rondes de cals et aussi lisses que des pièces de monnaie usées. Un matin je l'avais regardé parcourir le champ, la rame d'acier faisant onduler la terre"

    Ce que j'en pense :

    Beaucoup de sensibilité, de poésie, d’amour de la nature et d’empathie pour ses personnages… comme d’habitude dans les romans de Ron Rash. Mais il manque quelque chose pour retrouver la force d’autres romans de l’auteur, comme dans « Une terre d’ombre » ou « Par le vent pleuré ». J'ai pensé que cela pouvait être du à la traduction mais c'est toujours la même traductrice... je vais donc attendre le prochain roman de l'auteur en espérant que je retrouverai le souffle des autres récits.

    Un silence brutal

    Un silence brutal

     

     

    __________


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :