• Tout entière Et le ciel est par terre

    Tout entière Et le ciel est par terre

    "Tout entière, Et le ciel est par terre de Guillaume Poix - éditions théâtrales

    Présentation de l'éditeur :

    Deux nouveaux univers théâtraux unis par une grande maîtrise littéraire et dramaturgique : Guillaume Poix, l’auteur du très repéré Straight, propose des textes à l’écriture puissante et à la théâtralité immédiate. 

    On la croit Tout entière exposée dans ses autoportraits. Elle est en fait insaisissable, changeante, tour à tour monstre et merveille. L’auteur fait de Vivian Dorothy Maier une figure mythologique, hydre des temps modernes, dont certaines facettes nous sont encore très mystérieuses. Il tente d’apprivoiser  par la fiction cette photographe et nounou discrète, qui a du mal à se laisser tirer le portrait et pourrait bien retourner le viseur contre celle qui tente de l’enfermer dans une petite boîte noire… Dans ce face-à-soi, le monologue se dédouble et laisse entendre la voix de l’artiste dont les rafales de mots sont autant de clichés dangereux à développer.

    Avec Et le ciel est par terre, on est pris de vertige devant l’immensité du vide qui se creuse peu à peu entre les quatre membres d’une même famille — la mère, son fils et ses deux filles. Tandis que devant eux les tours de la cité sont détruites et tombent une à une, les secrets restent bien gardés, emmurés comme ceux qui les portent. Dans ce huis-clos où l’amour ne se vit plus qu’en luttant, on s’échappe par le déni, le silence — ou l’humour.

    Extrait :

    "ça doit se passer comme ça

    vous avez arpenté la ville

    à l’affût

    vous étiez dans la rue toute la journée

    dans la rue comme les autres

    au milieu des gratte-ciel

    perchée sur les trottoirs

    passante anonyme

    et puis vous avez vu quelque chose

    vous avez repéré

    un truc

    alors soudain

    vous vous approchez

    du truc

    discrète parmi tous les autres qui continuent leur marche

    entrent dans une parfumerie traînent un chien jettent un mégot dans le caniveau regardent un jean en vitrine hèlent un taxi

    et au milieu des gens qui passent à toute allure

    vous vous figez

    vous vous placez

    vous êtes en poste maintenant

    et vous regardez

    il y a sûrement du vent

    dans les rues des grandes villes américaines je suis certaine qu’il y a du vent

    vos yeux doivent recevoir quelques mèches de vos cheveux

    ça ne vous trouble pas vous les remettez

    puis…"

    Ce que j'en pense :

    Écriture très directe, incisive et poétique, surtout pour la première pièce. On trouve plus de cruauté et d’humour dans la seconde pièce. C’est pour moi une magnifique écriture et j’ai vraiment envie de voir ce que peuvent en faire les metteur·e·s en scène.

    Tout entière Et le ciel est par terreTout entière Et le ciel est par terreTout entière Et le ciel est par terre

     

     

    __________


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :