• Comment vous racontez la partie

    "Comment vous racontez la partie" de Yasmina Reza - Folio

    Présentation de l'éditeur :

    " Mes chers amis, monsieur le Maire, je vous remercie d'être venus, plus nombreux que jamais, assister à cette première soirée du troisième cycle des Samedis littéraires de Vilan-en-Volène. Un cycle dont la première édition se déroule comme chaque année au printemps, avec une coupure au mois d'août... "

    Extrait :

    ROSANNA Des sensations. C'est ce que vous recherchez ?

    NATHALIE    Dans la vie?

    ROSANNA    Quand vous écrivez.

    NATHALIE J'aime mieux provoquer des sensa­tions qu'un état de somnolence, mais... j'écris ce qui arrive. Je ne poursuis pas un but particulier.

    Roland hoche la tête, visiblement d'accord.

    ROSANNA L'héroïne du roman s'appelle Gabrielle, Gabrielle Gorn, elle est écrivain comme vous... Vous vous définissez comme un écrivain, Nathalie Oppenheim ?

    NATHALIE Non. Si. Quand je remplis un for­mulaire de douane ou de Sécu. Pendant des années à la case profession j'ai coché autre, maintenant je coche écrivain.

    ROSANNA Mais vous savez qu'il y a un écrivain qui s'appelle Nathalie Oppenheim...

    NATHALIE Oui. Je le sais. J'ai même certains de ses livres chez moi.

    ROSANNA    Elle vous intéresse ?

    Ce que j'en pense :

    L'écrivain face à son œuvre : qu'a-t-il à dire de plus que ce qu'il écrit ? l'auteure décrit un certain milieu intellectuel avec ses pratiques "snobinardes" d'interview dans un "espace polyvalent" à  mi-chemin entre Pivot et les Deschiens. C'est intelligent et décapant.

    Comment vous racontez la partie

    Comment vous racontez la partieComment vous racontez la partie

     

     

    __________


    votre commentaire
  • L'autre

    "L'autre" de Enzo Cormann - éditions de Minuit

    Présentation de l'éditeur :

    Ignorant tout l'une de l'autre, Mado et Lila se sont crues durant quinze ans chacune la " moitié " du même homme. Peu de temps après qu'elles ont découvert, à la faveur d'un pataquès administratif,
    qu'elles n'avaient somme toute été, durant toutes ces années, que des moitiés de moitié, la disparition inexpliquée de l'homme aux deux adresses provoque leur rencontre.

    Première page :

    "L’HOMME AUX DEUX ADRESSES

    (chez Mado)

    LILA. – je suis passée fréquemment sous vos fenêtres ces dernières années

    j’aime bien votre rue c’est tranquille

    MADO. – je l’aime également quoiqu’à force d’y vivre je ne la voie plus

    LILA. – vous avez raison on a vite fait de ne plus voir ce dont nous sommes le plus proche (un blanc)

    je ne devrais pas être ici pas être ici

    tranquille (mais je ne suis tranquille qu’en apparence) à vous parler comme on parle à quiconque

    à me tenir comme je me tiens comme une femme ordinaire chez une femme ordinaire quand nous n’avons à nous deux rien d’ordinaire

    bien sûr vous savez cela (je veux dire que vous et moi nous deux ensemble n’avons rien d’ordinaire)"

    Ce que j'en pense :

    Une pièce en trois parties. C'est assez particulier, insolite, et même un peu "bavard" au début. Et, au final, c'est une belle réflexion sur l'altérité et sur la création artistique.

    L'autre

    L'autre

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Le collier d'Hélène

    "Le collier d'Hélène" de Carole Fréchette - Lansman

    Présentation de l'éditeur :

    Sur le point de quitter la capitale libanaise où elle séjournait en tant que congressiste, Hélène s’aperçoit tout à coup qu’elle a perdu son petit collier, un collier sans autre valeur qu’affective. Sans trop savoir pourquoi, elle s’aventure à la recherche des lieux qu’elle a rapidement visités au cours des derniers jours, dans l’espoir fou de la retrouver. Un chauffeur de taxi, Nabil, s’impose rapidement comme guide à travers les rues encombrées et les quartiers ravagés. Cette quête la mène jusqu’aux habitants de la ville meurtrie qui opposent leur propre souffrance à son malheur apparemment dérisoire. 

    Extrait :

    "L'homme : Vous avez perdu votre collier ?

    Hélène : Oui, c'est ça, et je me demandais si...

    L'homme : Moi, j'ai perdu ma place sur la terre. Elle n'aurait pas glissé dans vos souliers ? J'ai perdu le carré où je peux poser mes pieds et dire ceci est à moi. Vous ne l'auriez pas trouvé, en vous déchaussant, le carré qui était sous mes pieds ? Et j'ai perdu "plus tard, j'aurai une maison avec un jardin", "plus tard, j'irai voir les pays froids et la neige qui tombe à gros flocons" et "plus tard, mes enfants auront un métier, ils seront médecin, professeur ou camionneur, ils auront une maison et un jardin et une place sur la terre". Et j'ai perdu "regarde mon fils, ma fille, voilà, le monde. Il t'appartient. Prends-le, explore-le, transforme-le. Fais-en ce que tu voudras". Il n'aurait pas glissé dans vos souliers, le futur de mes enfants ? Et j'ai perdu ma capacité de crier, vous ne l'auriez pas trouvée, à vos pieds, ma capacité de crier, de frapper le mur avec mon poing. Vous ne l'auriez pas trouvé mon cri dans votre sac, dans votre blouse, dans votre gosier. Ouvrez votre bouche."

    Ce que j'en pense :

    Très belle histoire qui raconte deux douleurs : la douleur d'exister et la douleur de vivre dans un pays en guerre. C'est d'une grande sensibilité et d'une grande force.

    Le collier d'Hélène

    Le collier d'HélèneLe collier d'HélèneLe collier d'Hélène

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Face à la mère

    "Face à la mère" de Jean-René Lemoine - Les solitaires intempestifs

    Présentation del'éditeur :

    La mère est morte, tragiquement, dans un pays lointain, en proie à la violence et à la déraison. Quelques années après, le fils choisit de lui donner rendez-vous, par delà la mort, pour lui confier, dans cet entretien différé, tout ce qu’il n’a jamais su, jamais osé lui dire.
    Tout au long de ce chant d’amour, le fils reparcourt le tumulte d’une relation de quarante années. Les images enfouies de la mère réaffleurent et s’effacent tour à tour, se superposant aux clichés des continents, des pays et des villes parcourus ensemble, pour se dissoudre enfin dans le cataclysme de la terre natale.
    Peut-on, avec les armes impalpables de la poésie, recoudre, retisser le réel ? Peut-on encore, dans l’effroi du monde, inventer des mythologies, tenter, à travers elles, de rester debout devant le désastre, éclairer le chaos, lancer une passerelle vers l’autre plutôt que s’arroger le monopole de la douleur ?
    C’est le fragile et téméraire défi de Face à la mère.

    Première page :

    "- Voici venu le moment de me présenter à vous pour cet entretien si longtemps différé. Je me présente à vous dans la nudité de l'errance, sans courage, sans véhémence et sans ressentiment. Je me présente tel que je suis, boitillant sur le fil que j'ai suspendu dans les cimes à une hauteur vertigineuse et, même au-dessus de ce vide, je dois vous dire que je vais infiniment mieux. Il me faut cependant vous confier ma peur que vous ne veniez pas au rendez-vous où je vous ai conviée pour vous parler - autant l'avouer tout de suite - d'amour ; ou que, perdu dans l'immense altitude, je ne m'aperçoive pas que vous êtes arrivée. Alors, si vous le voulez bien, quand vous serez enfin là, faites-moi un petit signe - un bruissement de robe, un soupir - pour que je sache que je ne parle plus au vent qui fait tanguer ma caravelle mais que, au cœur du souffle qui m'enveloppe et m'étreint, il y a toute votre présence, et qu'au terme de votre labyrinthique voyage, vous avez retrouvé le chemin qui menait jusqu'à moi.
    En attendant cela, je m'offre à votre invisible regard et, dans l'incertitude où je suis, je m'installe dans la patience comme le funambule agrippe le bâton qui lui permettra de rester en apnée dans l'infini des cieux."

    Ce que j'en pense :

    Texte magnifique sur l'absence, la mort, l'amour… C'est rempli d'émotion, c'est tragique, mais sans pathos. La langue poétique de Jean-René Lemoine sait nous faire pénétrer l'intime avec beaucoup de sincérité et de profondeur. Nous sommes nous aussi, "face à la mère".

    Face à la mère

    Face à la mèreFace à la mèreFace à la mère

     

     

    __________


    votre commentaire
  • La peau d'Elisa

    "La peau d’Élisa" de Carole Fréchette - Actes Sud-Papiers

    Présentation de l'éditeur :

    Une femme seule, assise devant nous. Une femme de chair, d'os et de sang, qui se livre à un étrange rituel. Avec délicatesse, elle raconte des histoires d'amour. Des histoires vraies qui sont arrivées dans des lieux précis d'une ville précise. Elle insiste avec minutie sur tous les détails intimes : le cœur qui bat, les mains moites, le souffle court, la peau qui frémit sous les doigts. Tour à tour, elle évoque le souvenir de Sigfried qui était fou, de Jan qui voulait tout et tout de suite, d'Edmond qui l'attendait sous les arbres l'après-midi et aussi de Ginette qui était boulotte et d'Anna qui lui a dit les choses qu'on rêve d'entendre... Qui est-elle, cette femme au passé multiple et pourquoi raconte-t-elle tout cela ? Elle parle avec fébrilité, comme si elle était en danger, comme si son cœur, sa vie, sa peau en dépendaient. Peu à peu, à travers ses récits, elle révèle ce qui la pousse à raconter et livre le secret insensé qu'un jeune homme lui a confié, un jour, dans un café...

    Première page :

    "Élisa est assise et s'adresse au public. On la sent un peu inquiète. On ne sait pas depuis combien de temps elle est là ni depuis combien de temps elle parle.

    Élisa. Qu'est-ce que je disais ? Ah oui. Ça s'est passé à Saint-Gilles, quand je portais des pantalons péruviens et des ceintures larges comme ça, avec des clochettes. Je le croisais tous les midis, clans la rue de la Glacière. Une rue terne et triste. Il était assez petit, et pas vraiment beau, mais il avait... Je sais pas... Il était différent. J'avais dix-sept ans, peut-être dix-huit. Je portais des grandes ceintures avec des clochettes qui tintaient quand je marchais. Les entendez-vous, les clochettes ? Lui aussi portait des vêtements colorés : des chemises de pirate, des pantalons bouffants, des vestes bariolées. Il y avait une espèce de compétition entre nous ; c'était à celui qui irait le plus loin dans l'extravagance. Quand on se croisait, on se regardait du coin de l'œil, et on comptait nos points, en silence. Quelquefois, son coude frôlait le mien et ça faisait une petite étincelle qui éclairait pendant quelques secondes la rue de la Glacière, qui était terne et triste. Et puis, j'allais à mon école et lui à la sienne. Et c'était tout. Notre vie de jeunes gens volages suivait son cours. Plus tard, j'ai changé d'école ; on s'est retrouvés dans la même classe et on est devenus amis. On a fait toutes sortes de folies. On allait se baigner dans les piscines privées, la nuit. Un jour, il a enlevé le toit de son auto au chalumeau, pour faire une décapotable. Quand il pleuvait, il fallait la vider avec un petit seau, comme une chaloupe. On riait beaucoup. Il était fou, Sigfried. Il s'appelait Sigfried. C'était gai, mais on ne s'aimait pas encore. Pas complètement… Je veux dire avec la peau et la bouche et tout. (Elle s'arrête.) Excusez-moi.

    Elle prend un petit miroir et regarde son visage, attentivement. Elle passe le doigt autour de sa bouche, puis elle reprend."

    Ce que j'en pense :

    C'est presque un monologue, toujours adressé au public. Le texte est magnifique, assez troublant, poétique, rempli d'émotion. A la fin du livre l'auteure raconte comment cette histoire est née à partir d'un projet "écrire la ville" à Bruxelles et cela apporte encore plus de force au texte.

    La peau d'Elisa

    La peau d'ElisaLa peau d'ElisaLa peau d'Elisa

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Laisse moi te dire une chose

    "Laisse moi te dire une chose" de Rémi De Vos - Actes Sud - Papiers

    Présentation de l'éditeur :

    Condamnée par une maladie incurable, une femme reçoit à l’hôpital les visites de son fils. Ils essaient de dialoguer, à leur manière : face aux griefs de la mère contre le théâtre qu’elle déteste, le fils, comédien, oppose le silence. Il supporte aussi les récits de l’ami de sa mère et les histoires graveleuses de son propre frère avec qui il ne s’entend pas. En parallèle, il imagine une pièce autour de Vidal, un jeune prisonnier fantasque qui réussira, lui, à s’échapper.

    Première page :

    "LA MERE. Quand te décideras-tu à chercher un métier sérieux ? De toute façon c’est trop tard maintenant, tu es trop vieux, tu ne peux même plus passer les concours.
    LE FILS. Tout va bien, tu as tort de t’inquiéter…
    LA MERE. Je m’inquiète depuis que tu t’es mis en tête de faire du théâtre. D’où t’est venue cette idée ? Pas de la famille en tout cas. Personne dans la famille ne s’intéresse à ça, au théâtre. Personne ne s’y est jamais intéressé. C’est tellement ridicule. Le mot même est ridicule. La première fois que j’ai entendu de ta bouche que tu voulais faire du théâtre, j’ai trouvé ça tellement ridicule. Comme si tu voulais devenir marin pêcheur ou je ne sais pas, quelque chose comme ça, impossible à comprendre. Une idée idiote voilà tout, comme il en pousse dans la tête des jeunes qui se cherchent, c’est comme ça qu’on dit – qui se cherchent ? – qui ont du mal à trouver leur voie, c’est comme ça qu’on dit, non ? (Si tous les jeunes qui ont des problèmes se mettaient en tête de faire du théâtre, tu imagines !) Je t’écoutais réciter dans ta chambre, c’était tellement ridicule et touchant aussi quelquefois. Ton père avait peur que tu ne deviennes homosexuel ; c’était sa hantise en t’écoutant parler tout seul."

    Ce que j'en pense :

    Une pièce sur la famille et sur le théâtre, sur la théâtralisation de la vie, sur le silence, sur l'impossible communication, sur l'évasion. C'est direct, souvent cruel, parfois drôle. Il faut trouver le metteur en scène qui nous fera pénétrer dans ce huis clos.

    Laisse moi te dire une chose

    Laisse moi te dire une choseLaisse moi te dire une choseLaisse moi te dire une chose

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Lysistrata, Faisons la grève du sexe

    "Lysistrata, faisons la grève du sexe" de Aristophane - Mille et une nuits

    Présentation de l'éditeur :

    Faisons la grève du sexe ! Tel est le mot d'ordre auquel Lysistrata entend rallier les Athéniennes et ses amies de l'autre cité en guerre. Allumant le feu du désir, puis le repoussant chez leurs maris, elles espèrent ramener la paix, et les hommes au foyer... Avec cet argument politique échevelé et profond, Aristophane donne au Ve siècle avant J.-C. une des comédies les plus audacieuses et irrésistibles.

    Extrait :

    "LAMPITO. - Par les déesses, il est bien difficile pour des femmes de dormir toutes seules. Il faut pourtant s'y résoudre ; car la paix doit passer avant tout.
    LYSISTRATA. - O la plus chérie des femmes, et la seule digne de ce nom !
    MYRRHINE. - Si, ce qu'à Dieu ne plaise, nous nous abstenions rigoureusement de ce que tu dis, en aurions-nous plus tôt la paix ?
    LYSISTRATA. - Beaucoup plus tôt, par les déesses! Si nous nous tenions chez nous, bien fardées, bien épilées, sans autre vêtement qu'une tunique fine et transparente, quelle impression feraient nos attraits ? Et si alors nous résistions aux instances des hommes, ils feraient bientôt la paix, j'en suis certaine.
    LAMPITO. - En effet, Ménélas, quand il vit la gorge nue d'Hélène, jeta son épée
    MYRRHINE. - Et si nos maris nous laissent là, malheureuse ?
    LYSISTRATA. - Alors, comme dit Phérécrate, tu écorcheras un chien écorché .
    MYRRHINE. - Ces simulacres ne sont que de la viande creuse. Mais s'ils nous saisissent et nous entraînent de force dans leur chambre ?
    LYSISTRATA. - Cramponne-toi à la porte.
    MYRRHINE. - Et s'ils nous battent ?
    LYSISTRATA. - Cède, mais de mauvaise grâce. Le plaisir s'évanouit quand la violence s'en mêle. Il faut les tourmenter par tous les moyens ; ils se lasseront bientôt ; car il n'y a jamais de véritable volupté pour l'homme, si la femme ne la partage."

    Ce que j'en pense :

    Beaucoup de dérision, d'humour, d'excès en tous genres… pour cette farce politique qui a toujours sa modernité (aux metteurs en scène de le prouver )

    Lysistrata, Faisons la grève du sexe

    Lysistrata, Faisons la grève du sexe

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Déplace le ciel

    "Déplace le ciel" de Leslie Kaplan - éditions P.O.L.

    Présentation de l'éditeur :

    Déplace le ciel est une pièce sur l’amour, la recherche de l’amour, le désir et la peur de l’amour, sur la solitude et sur le monde dans lequel nous vivons, et où nous sommes confrontés à une pensée faite de clichés, une pensée télé, c’est une pièce sur la difficulté de dire son expérience sans la rabattre sur des idées reçues et du savoir acquis, c’est une pièce sur le désir de découverte, de nouveau, de départ et de changement, c’est une pièce sur les rêves et le rêve.

    Première page :

    "F et E

    un bar, une télé

    F joue avec un ordinateur

    je ne sais pas quoi te dire

    je cherche Léonard, c’est tout

    je cherche Léonard

    et arrête avec cette machine

    pourquoi ? pourquoi arrêter ?

    Léonard, tu ne le trouveras pas

    je cherche Léonard

    je le trouverai

    arrête

    cette machine est insupportable

    mais non

    cette machine est une machine, c’est tout

    et Léonard, tu ne le trouveras pas

    tu ne le trouveras jamais

    pourquoi tu me dis ça

    arrête arrête arrête

    cette machine est stupide

    je te dis ça parce que je sais

    je sais que tu ne le trouveras pas

    et moi j’aime ma machine

    clic clac

    je sais tout"

    Ce que j'en pense :

    C'est un livre qui parle de tout, des vaches, de Shakespeare, de Léonard (à la façon de Godot), des hommes, du western…et de bien d'autres choses mais surtout du rêve, des rêves. C'est léger, drôle, plein de vie.

    Déplace le ciel

    Déplace le cielDéplace le ciel

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Ruptures

    "Ruptures" de Rémi De Vos
    Actes-Sud-Papiers

    Présentation de l'éditeur :

    Une femme quitte son mari après lui avoir préparé un excellent dîner, un homme avoue à sa femme qu'il a une aventure avec un pompier et un couple songe à se quitter après avoir envisagé de se débarrasser de leur enfant. Mais, dans ces trois ruptures, qui va finalement réussir à quitter l'autre ?

    Extrait :

    "L'HOMME. Il est pompier

    LA FEMME. Pompier?

    L'HOMME. Oui

    LA FEMME. Où ça pompier ?

    L'HOMME. À la mairie de Paris

    Elle le regarde.

    LA FEMME. Pompier?

    L'HOMME. Oui

    Un temps.

    LA FEMME. Pompier professionnel ?

    L'HOMME. Ce n'est pas important ça

    LA FEMME. C'est sa seule activité? Pompier?

    L'HOMME. Oui

    LA FEMME. Il n'est pas pompier bénévole avec un métier à côté ?

    L'HOMME. Non seulement pompier

    Un temps.

    LA FEMME. Il est pompier quoi

    L'HOMME. Pompier c'est tout

    Un temps.

    LA FEMME. OK

    L'HOMME. Voilà

    LA FEMME. Oui

    L'HOMME. C'est comme ça

    LA FEMME. Bien sûr

    L'HOMME. Pompier

    Elle le regarde.

    LA FEMME. Mais pompier"

    Ce que j'en pense :

    Trois histoires à la fois drôle et tragique (la troisième est même assez cruelle). Les dialogues, très alertes, révèlent l'incompréhension entre l'homme et la femme. C'est un concerto pour couples en crise. Un vrai plaisir de lecture.

    Ruptures

    Ruptures

    Ruptures

    Ruptures

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Que moi

    "Que moi" de Rémi Checchetto
    éditions Espaces 34

    Présentation de l'éditeur :

    Que moi est un portrait du « moi » (rien d’autobiographique), seulement une tentative de dire le « je » qui parle et de ne dire que cela, c’est-à-dire ce qui le différencie, le singularise.

    C’est un portrait en lutte contre plus fort que soi. 

    Portrait dans la modestie, l’immodestie de l’effort, du balbutiement. Pas dans la prétention du discours.

    Se dessine alors l’immensité de ce qui l’entoure – de ce qui entoure tout être au monde.

    Dans la lignée des textes précédents, Que moi est une forme d’aboutissement de ce questionnement sur l’identité qu’explore Rémi Checchetto par une forme proche du monologue dans laquelle la parole est donnée à de multiples voix.

    Première page :

    "Parfois, de loin en loin ou parfois souvent, un homme s’avance vers moi, il sort d’entre deux noirs cyprès, d’entre deux mondes de marbre, et avance tout droit, fatigué mais déterminé, voûté mais brave, vient à moi, cherche le sens du vent afin que sa voix porte et m’annonce que non, il n’est pas tout à fait mort, que peu s’en faut mais il vit encore, qu’il lui faudrait un signe, un souffle de moi, une fleur pourquoi pas, un quignon de jour, mon visage dans son trou inquiet, m’annonce cela et me dit aussi qu’il est assis et attend sur le bord du temps qui ravine fort les bords, qui bientôt s’effondreront, bientôt l’engloutiront, me dit cela et ajoute que si je n’y prends pas garde bientôt même l’écho de sa voix s’effondrera, et que cela se fera en toute inquiétude

    que moi ? 

    moi, dans le groupe du nous, dans la soupe, le tas, le mou du nous, suis là, inclus, y suis 
    qui moi ? 
    quoi moi ? 
    où ? 
    où qui quoi moi que moi ? 
    moi tout encombré et bifurqué, tant tiré à hue et poussé à dia, tant renversé et démantibulé, tout rempli garni farci formules faits et gestes et mots prémâchés jusqu’au sommet du crâne, bouts des doigts, portions de voix 
    où suis-je moi ? 
    qui suis-je moi ? "

    Ce que j'en pense :

    Se séparer du nous, ne plus être avec mais être uniquement soi, que soi… C'est un texte à lire à voix haute en cherchant sa propre voie (voix), à tâtons, en s'arrêtant, en reprenant.. en explorant quelque chose qui nous ressemble profondément.

    Que moi

    Que moi

    Que moi

    Que moi

     

     

    __________ 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique