• Ténèbres ténèbres

    Ténèbres ténèbres

    "Ténèbres ténèbres" de John Harvey - Rivages/Noir

    Présentation de l'éditeur :

    Dans cette douzième et ultime aventure de Charlie Resnick, personnage emblématique qui a conquis un large public sur deux décennies, John Harvey se confronte à un événement majeur de l'histoire sociale de la Grande-Bretagne: la grève des mineurs de 1984. La découverte du cadavre d'une femme qui avait disparu pendant la grève remet l'inspecteur Charlie Resnick en scène et l'amène à se confronter à son passé de jeune flic. Trente ans plus tôt, Resnick était en première ligne en tant que policier chargé de la surveillance des grévistes. Déjà, à l'époque, son sens moral avait été mis à mal par les méthodes employées contre les mineurs. Aujourd'hui, c'est un homme âgé et il se souvient... Une histoire poignante qui s'achèvera sur des notes de Thelonious Monk.

    Première page :

    "Il neigeait depuis un moment déjà lorsque la première voiture s'ébranla. Les flocons tombaient en longs traits obliques, d'abord à peine visibles, puis de plus en plus épais. La neige s'amoncelait dans les coins et contre les murs, s'insinuait entre les briques, les tuiles et les pièces d'automobile qui rouillaient à l'arrière des maisons et dans les jardins indigents. Elle recouvrait tout. Le ciel d'un gris de plomb, bas, implacable.

    Quand le cortège s'éloigna de la petite rangée de pavillons mitoyens, on n'y voyait pas grand-chose, les flocons adhérant aux vitres, la lueur pâle des phares absorbée par la blancheur environnante, les bruits assourdis.

    Resnick se trouvait à l'arrière de la troisième voiture, à côté d'un homme solennel en costume râpé, sans doute un ancien collègue de Peter Waites à la mine. La femme âgée au visage pincé assise à l'avant devait être une parente, une tante peut-être, ou une cousine. Pas sa sœur, en tout cas, car celle-ci était dans la première auto, juste derrière le corbillard, en compagnie de Jack, le fils de Peter. Jack venu exprès d'Australie avec ses deux grands fils, mais sans son épouse, qui n'avait pas accroché avec son beau-père l'unique fois où ils s'étaient rencontrés…"

    Ce que j'en pense :

    Voilà encore un livre rempli de compassion et d’empathie pour ces mineurs qui ont bravé la « dame de fer » (et qui ont perdu). Les personnages principaux sont toujours aussi bien campés. On a perdu quelques chats, c’est dommage ! On se rend compte également que le traducteur a changé, il a apporté un nouveau style, avec beaucoup de phrases nominales (éternelle question de la traduction !!)

    Ténèbres ténèbres

    Ténèbres ténèbresTénèbres ténèbres

     

     

    __________


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :