• Snapshots - Nouvelles voix du Caine Prize

    Snapshots - Nouvelles voix du Caine Prize

    "Snapshots - Nouvelles voix du Caine Prize - Zulma

    Présentation de l'éditeur :

    Cette sélection de six longues nouvelles saluées par le Caine Prize pour la littérature anglophone d’Afrique – émanation du fameux Booker Prize – nous démontre superbement l’originalité et la puissance d’invention de cette toute jeune génération d’écrivains. À commencer par NoViolet Bulawayo, qui nous bouscule sans retenue avec son saisissant Snapshots, où tout du long, l’auteur interpelle son héroïne. Une petite fille au départ d’une vie déshéritée, entre un père bronchiteux qui fume sa mort, une mère esclave colérique, ses frères et sœurs qui iront l’un après l’autre tenter la malchance funeste de l’autre côté de la frontière, en Afrique du Sud. La fillette grandit comme un brin d’ivraie épargnée par la faux, vend des œufs durs au chaland quand naissent ses petits seins « à la coque à l’amour ». « Tu as quatorze ans et demi quand tu rencontres Givemore sur Main Street. » Celle que Givemore appelle Sunrise au matin de leur rencontre et Sunset le soir venu ne connaîtra pas l’âge adulte. Mais irrésistiblement contée dans une langue parlée des plus accomplies, son histoire lamentable devient pour nous emblématique du désastre humanitaire au Zimbabwe comme dans tout le « Tiers-Monde », alors que l’immense énergie opprimée de la jeunesse ne demande qu’à inventer l’avenir.
    Tous ces auteurs ont en partage des thématiques les plus actuelles, dans des zones d’urbanisation éruptives où règnent violence, misère et corruption, mais aussi les plus folles espérances. Trempée dans les réalités mutantes des grandes cités, cette langue anglaise postcoloniale devient un extraordinaire espace de métamorphose des imaginaires et des sensibilités.

    Première page :

    "Un matin ta mère plonge la main dans le soutif qu'elle a quémandé à sa sœur Noma trois ans plus tôt, et elle en sort un billet de vingt. Elle cache toujours son argent dans son soutif pour que ton retraité de père n'aille pas mettre la main dessus pour t'envoyer à la boutique lui acheter deux paquets de cigarettes Kingsgate et ensuite empester le tabac toute la sainte journée (il fume trop). Ta mère te donne le billet de vingt et un sac plastique de chez TM Hyper et te dit, Toi, va voir Maplanka et achète-moi un-pain-blanc-et-demi-avec-une-pinte-de-chimombe.

    Tu enfiles vite fait tes pata-patas jaunes (qui depuis un moment sont un peu lâches parce que ton père s'acharne quelquefois à y enfoncer ses grands pieds) et tu traces ta route pata-pata jusqu'à la boutique de Maplanka. Il te faut à peu près onze minutes, sept si on te dit de te grouiller d'un ton qui rigole pas, et seulement cinq et demi si c'est ta mère qui t'envoie. Sur le chemin tu croises Namgcobha, la vieille toute courbée qui habite dans la cahute minuscule au bout du pâté de maisons."

    Ce que j'en pense :

    Ces nouvelles sont des découvertes littéraires d’une génération d’écrivains africains anglophones bourrés de talent. On les reçoit comme de véritables coups de poing, tant au niveau des thèmes (très variés) que de l’écriture. Bravo aux éditions Zulma pour cette initiative. On a envie de découvrir d’autres livres de ces jeunes auteur(e)s.

    Snapshots - Nouvelles voix du Caine Prize

    Snapshots - Nouvelles voix du Caine PrizeSnapshots - Nouvelles voix du Caine PrizeSnapshots - Nouvelles voix du Caine Prize

     

     

    __________


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :