• Le guetteur

    "Le guetteur" de Christophe Boltanski - Stock

    Présentation de l'éditeur :

    Mais qui guette qui ? Lorsque le narrateur découvre dans l’appartement de sa mère le manuscrit d’un polar qu’elle avait entamé, « Le Guetteur », il est intrigué. Des recensements de cigarettes fumées, les pneus des voitures voisines crevés - comment vivait cette femme fantasque et insaisissable ? Elle qui aimait le frisson, pourquoi s’est-elle coupée du monde ?
    Elle a vécu à Paris avec pour seul compagnon son chien Chips. Maintenant qu’elle est morte, le mystère autour d’elle s’épaissit. Alors il décide de la prendre en filature. Et de remonter le temps. Est-ce dans ses années d’études à la Sorbonne, en pleine guerre d’Algérie, où l’on tracte et l’on se planque, que la jeune femme militante bascule ?
    Le Guetteur est le roman bouleversant d’une femme qui s’est perdue. La quête d’un fils qui cherche à retrouver sa mère. La confirmation d’un grand écrivain.

    Première page :

    "Suis-je le seul à l’espionner ? Je l’aperçois à travers la vitre embuée du café. Posée sur la banquette en skaï jaune, droite comme une ballerine, elle écoute deux garçons qui se font face. Fidèle à son habitude, elle fume une cigarette. Les volutes bleuâtres de sa Gauloise nimbent les contours de son visage et l’amènent à plisser ses yeux bruns. Elle correspond aux photos que j’ai conservées d’elle. Avec son attitude réservée, discrète, presque boudeuse, son pantalon pied-de-poule, sa marinière à rayures, ses souliers plats et sa frange longue, lissée à droite, qui lui barre la vue et qu’elle s’évertue à repousser d’un bref battement de tête, elle paraît vouloir imiter une chanteuse yé-yé à la mode, plus jeune de quelques années, dont elle partage le prénom.

    Ses compagnons, jambes étendues, épaules voûtées, affectent une allure plus décontractée, presque avachie. Le premier tient le rôle du boute-en-train. Le second, celui du beau ténébreux. Elle trône entre les deux. Avec son port haut, elle les domine d’une mèche malgré sa petite taille. Le cendrier plein et les tasses vides accumulés devant eux témoignent qu’ils sont assis là depuis longtemps. "

    Ce que j'en pense :

    Encore un livre de journaliste des « milieux  parisiens » ; encore un livre critiqué par des journalistes de ce même milieu… Je me suis dit « Allez, pas d’a priori,  c’est peut être un très bon livre ». J’ai donc lu la moitié du livre, en me forçant un peu, en essayant d’effacer les « blocages »… le côté militant de base contre la guerre d’Algérie m’a intéressé mais cela n’a pas fonctionné longtemps, j’ai abandonné à la moitié du livre. Ah, il écrit très bien, c'est riche... trop riche !

    Le guetteur

     

     

    __________


    votre commentaire
  • La vague

    "La vague"  de Todd Strasser - Pocket

    Présentation de l'éditeur :

    Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, Ben Ross, professeur d'histoire, crée un mouvement expérimental au slogan fort : " La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l'Action. " En l'espace de quelques jours, l'atmosphère du paisible lycée californien se transforme en microcosme totalitaire : avec une docilité effrayante, les élèves abandonnent leur libre arbitre pour répondre aux ordres de leur nouveau leader.
    Quel choc pourra être assez violent pour réveiller leurs consciences et mettre fin à la démonstration ?

    Première page :

    Assise dans la salle du journal du lycée Gordon, Laurie Saunders mâchouillait le bout d’un stylo Bic. C’était une jolie fille aux cheveux châtains coupés court qui souriait presque tout le temps, sauf lorsqu’elle était préoccupée ou qu’elle mordillait un stylo. Ces derniers temps, elle en avait rongé des tonnes. En fait, il n’y avait pas un seul crayon ou stylo dans son sac qu’elle n’ait pas mâché nerveusement. Pour lutter contre le stress, c’était toujours mieux que la cigarette.

    Laurie balaya la petite salle du regard. Elle était remplie de bureaux, de machines à écrire et de tables lumineuses. À cette heure-ci, la rédaction du Gordon Grapevine, le journal de l’établissement, aurait dû être en pleine ébullition, les journalistes en herbe apportant la dernière touche à leurs articles et les maquettistes finalisant la mise en pages du dernier numéro. Pourtant, à part Laurie, la salle était déserte. Et tout ça pourquoi ? Parce que, dehors, il faisait un temps splendide.

    Elle sentit le bout du stylo craquer entre ses dents. Sa mère l’avait mise en garde contre cette manie, lui prédisant qu’un jour un de ses stylos finirait par se briser dans sa bouche et qu’elle s’étoufferait avec. Seule sa mère pouvait sortir un truc pareil, pensa Laurie en soupirant.

    Ce que j'en pense :

    Voilà un petit livre qui donne à réfléchir en ces temps plutôt troubles. Il est possible que nous ayons tous (presque tous) cette fascination pour un chef capable de nous entrainer vers des comportements radicaux, jusqu’à éliminer ce qui est « différent ». Le fascisme peut se révéler en chacun de nous, c’est bien ce que montre ce livre.

    La vague

    La vagueLa vagueLa vague

     

     

    __________


    votre commentaire
  • 14

    14

    "14" de Jean Echenoz - éditions de minuit

    Présentation de l'éditeur :

    Cinq hommes sont partis à la guerre, une femme attend le retour de deux d’entre eux. Reste à savoir s’ils vont revenir. Quand. Et dans quel état.

    Première page :

    "Comme le temps s’y prêtait à merveille et qu’on était samedi, journée que sa fonction lui permettait de chômer, Anthime est parti faire un tour à vélo après avoir déjeuné. Ses projets : profiter du plein soleil d’août, prendre un peu d’exercice et l’air de la campagne, sans doute lire allongé dans l’herbe puisqu’il a fixé sur son engin, sous un sandow, un volume trop massif pour son porte-bagages en fil de fer. Une fois sorti de la ville en roue libre, pédalé sans effort sur une dizaine de kilomètres plats, il a dû se dresser en danseuse quand une colline s’est présentée, se balançant debout de gauche à droite en commençant de suer sur son engin. Ce n’était certes pas une grosse colline, on sait jusqu’où montent ces hauteurs en Vendée, juste une légère butte mais assez saillante pour qu’on pût y bénéficier d’une vue."

    Ce que j'en pense :

    C’est un roman qui n’en fait pas des tonnes sur cette guerre 14/18 puisque « cela ayant déjà été décrit mille fois »), c’est concis et assez efficace (à la façon de la quatrième de couverture). C’est un livre merveilleusement écrit, souvent grave mais non dénué d’une certaine drôlerie, voire parfois d’un peu de désinvolture.

    14

    1414

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Glaise

    "Glaise" de Franck Bouysse - Folio

    Présentation de l'éditeur :

    Au cœur du Cantal, dans la chaleur de l’été 1914, les hommes se résignent à partir se battre, là-bas, loin. Joseph, tout juste quinze ans, doit prendre soin de la ferme familiale avec sa mère, sa grand-mère et Léonard, vieux voisin devenu son ami. Dans la propriété d'à côté, Valette, tenu éloigné de la guerre en raison d'une main atrophiée, ressasse ses rancunes et sa rage. Et voilà qu'il doit recueillir la femme de son frère, Hélène, et sa fille, Anna, venues se réfugier chez lui. L'arrivée des deux femmes va finir de bouleverser un ordre jusque-là immuable et réveiller les passions enfouies.

    Première page :

    "Ce qu'il advint cette nuit-là, le ciel seul en décida. Les premiers signes s'étaient manifestés la veille au soir, quand les hirondelles s'étaient mises à voler au ras du sol. Dans la cour, un vent chaud giflait les ramures du grand marronnier et une cordillère de nuages noirs se dessinait sur l'anthracite de la nuit. Le tonnerre grondait, et des éclairs coulissaient au loin en éclairant le puy Violent.

    Assise sur le rebord du lit, Marie attendait, redoutant le moment où l'orage serait au-dessus de la ferme. Elle enflamma la mèche de la lampe à pétrole posée sur le chevet, chaussa ses lunettes rondes au cerclage rouillé, puis se leva pour effacer la distance qui séparait le lit de la commode en chêne, sept pas de vieille femme. Ouvrit le tiroir du haut, et. en sortit un coffret métallique fermé à clé. Tout ce qu'elle aurait pu faire les yeux fermés.

    Elle quitta la chambre avec le coffret, referma la porte pour éviter les courants d'air et rejoignit la cuisine à la lueur de la lampe, puis déposa le coffret et la lampe sur la table, s'assit, contrariée de voir que les autres ne fussent pas déjà debout."

    Ce que j'en pense :

    On retrouve l’univers rude des paysans du Cantal pendant la guerre de 14/18 mais avec des femmes, des jeunes et quelques estropiés de la vie dont la guerre n’a pas voulu. C’est un livre aussi rude que cette vie mais avec aussi quelques belles éclaircies amoureuses entre Joseph et Anna. On pourrait parler dans ce livre de « vies minuscules ». Il y a beaucoup de puissance, de force, de violence, de secrets, de silence et de souffrance dans ce roman. On sent bien que l’orage n’est jamais très loin.

    Glaise

    GlaiseGlaiseGlaise

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Frère d'âme

    "Frère d'âme" de David Diop - Seuil

    Présentation de l'éditeur :

    Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l'attaque contre l'ennemi allemand. Les soldats s'élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d'Alfa, son ami d'enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s'enfuit. Lui, le paysan d'Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l'effroi. Au point d'effrayer ses camarades. Son évacuation à l'Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d'ultime et splendide résistance à la première boucherie de l'ère moderne.

    Première page :

    "- ... je sais, j'ai compris, je n'aurais pas dû. Moi, Alfa Ndiaye, fils du très vieil homme, j'ai compris, je n'aurais pas dû. Par la vérité de Dieu, maintenant je sais. Mes pensées n'appartiennent qu'à moi, je peux penser ce que je veux. Mais je ne parlerai pas. Tous ceux à qui j'aurais pu dire mes pensées secrètes, tous mes frères d'armes qui seront repartis défigurés, estropiés, éventrés, tels que Dieu aura honte de les voir arriver dans son Paradis ou le Diable se réjouira de les accueillir dans son Enfer, n'auront pas su qui je suis vraiment. Les survivants n'en sauront rien, mon vieux père n'en saura rien et ma mère, si elle est toujours de ce monde, ne devinera pas. Le poids de la honte ne s'ajoutera pas à celui de ma mort. Ils ne s'imagineront pas ce que j'ai pensé, ce que j'ai fait, jusqu'où la guerre m’a conduit. …"

    Ce que j'en pense :

    Raconter ce qu’a été cette guerre du point de vue d’un tirailleur sénégalais, c’est absolument essentiel pour interroger les rapports plus que douteux que nous avions avec l’Afrique (et avons encore). La langue de ce livre, à la façon d’un conte africain, est puissante, rythmée, obsédante. Mais cela ne tient pas vraiment jusqu’au bout, on se lasse des répétitions,  sauf lorsque le héros  évoque son retour aux origines.

    Frère d'âme

    Frère d'âmeFrère d'âme

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Une femme au téléphone

    "Une femme au téléphone" de Carole Fives - folio

    Présentation de l'éditeur :

    «Je tricote pour le petit. Je lui fais une écharpe avec une vieille pelote de laine qui me restait, j’ai voulu l’utiliser mais c’est trop épais pour moi, et puis la couleur est moche… Mais enfin du moment que c’est fait main, c’est bien. C’est combien de centimètres une écharpe pour un bébé ? Un mètre ? Tu es sûre ? Mais un mètre c’est énorme pour un bébé non ?»

    Charlène, la soixantaine, est restée jeune. Mais quand le vide l’envahit soudain, elle enchaîne les appels téléphoniques à sa fille. Mère touchante et toxique à la fois, elle l’atteint toujours là où ça fait mal.

    Première page :

    "C'est maman, j'ai la voix complètement cassée, je n'ai pas pu voir de toubib car ils sont tous en vacances, voilà, j'espère que toi ça va... Ton frère ne voulait pas que je t'en parle mais j'ai des soucis avec mes globules rouges, avec les blancs aussi d'ailleurs ; ils sont tous en baisse. Je refais des analyses de sang dans un mois, il faut surveiller ça. je suis morte de trouille et je ne vais pas très bien. Rappelle-moi si tu veux.

    Je te dérange ? Tu n'avais qu'à fermer ton téléphone. Moi je suis debout depuis six heures alors... Ça a réveillé tes amis ? Mais vous dormez tous ensemble dans cette maison de vacances ? C'est un vrai boui-boui ! Ah. je ne savais pas moi. Tu es impossible à joindre. Si tu le prends sur ce ton. je ne vous embêterai plus, j'ai compris. Je resterai dans mon coin, toute seule, sans nouvelles. Allez, amuse-toi bien, pense à moi un peu quand même.

    Mais si je dois te dire quelque chose, il faut que je puisse te joindre, comment je fais ? Eh bien tant pis. j'attendrai ton appel."

    Ce que j'en pense :

    C’est un livre en forme de longue « plainte » téléphonique, de dialogue à sens unique. On n’entend pas les répliques maison peut les deviner. Cette mère nous donne à la fois envie de la plaindre, de l’aimer, de la maudire. On ne sait jamais où se trouve  la vérité chez cette mère « toxique » et presque attachante (ah ces liens familiaux !!!). Un livre bien construit qui nous fait rire « jaune ».

    Une femme au téléphone

    Une femme au téléphoneUne femme au téléphoneUne femme au téléphone

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Que nos vies aient l'air d'un film parfait

    "Que nos vies aient l'air d'un film parfait" de Carole Fives - Points

    Présentation de l'éditeur :

    T'as huit ans, Tom. Tes parents, pleins de larmes en dedans, s'entre-déchirent et divorcent. Même la grande sœur qui t'adore a lâché ta petite main. Prise au piège d'une machination d'adultes, elle a sacrifié votre enfance complice. Plus forte que la séparation, la voix libératrice de ton aînée tente d'inverser les pôles magnétiques pour te reconquérir. Puisse son chant d'amour te parvenir.

    Première page :

    "C'était Pâques, c'étaient les vacances et tes parents t'avaient emmené au bord de la mer, Harde-lot sûrement, une station de ce genre. Les plages se ressemblent toutes tellement là-bas, les hôtels et les gens aussi, tout le monde finit par s'y confondre. Parce qu'il n'y a que la mer, toujours la même mer immense qui t'avale et te recrache sur ses dunes de sable. Disons que tu étais à Hardelot, afin de prendre le bon air. Il fallait que tu prennes le bon air et surtout que tu puisses courir sur la plage et crier, vraiment crier, une fois que tu aurais entendu ce que tes parents avaient à te dire.

    Ta mère pleurait, comme à son habitude, jusque-là tu n'étais pas tellement désorienté et tu continuais à chercher tes œufs de Pâques dans la chambre d'hôtel. Sous la penderie ? Dans la petite poubelle de la salle de bains ? Juste derrière les rideaux gris assortis à la marine suspendue au-dessus du lit ? Tu cherchais, petit frère, tu cherchais.

    Le père a commencé, « Nous avons quelque chose à vous annoncer ». Ça t'a glacé d'un coup."

    Ce que j'en pense :

    Un divorce des années 80 qui laisse la parole aux parents et aux enfants (surtout à la grande sœur). C’est bien construit, agréable à lire mais, au final, un peu décevant lorsqu’on vient de lire l'excellent dernier roman de l’auteure (« tenir jusqu’à l’aube »), sans doute parce que j’en attendais trop.

    Que nos vies aient l'air d'un film parfait

    Que nos vies aient l'air d'un film parfait

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Le dynamiteur

    "Le dynamiteur" de Henning Mankell - Seuil

    Présentation de l'éditeur :

    1911. Oskar Johansson a 23 ans. Dynamiteur, il participe au percement d’un tunnel ferroviaire et manipule des explosifs pour fragmenter la roche. Mutilé à la suite d'un grave accident du travail, il reprendra pourtant son ancien métier, se mariera, aura trois enfants, adhérera aux idéaux socialistes puis communistes. Au soir de sa vie, il partagera son temps entre la ville et un cabanon de fortune sur une île aux confins de l’archipel suédois.Un mystérieux narrateur recueille la parole de cet homme de peu de mots, qui aura vécu en lisière de la grande histoire, à laquelle il aura pourtant contribué, à sa manière humble et digne.Ce premier roman de Henning Mankell, écrit à 25 ans, et inédit en France à ce jour, se veut un hommage vibrant à la classe ouvrière, à ces millions d’anonymes qui ont bâti le modèle suédois. Par son dépouillement, sa beauté austère, son émotion pudique, Le Dynamiteur contient en germe toute l’œuvre à venir de Mankell, sa tonalité solitaire, discrète, marquée à la fois par une mélancolie profonde et une confiance inébranlable dans l’individu.

    Première page :

    "- Bordel, pourquoi ça ne pète pas ?

    Norstrôm trépignait rageusement du pied gauche. Il s'était empêtré dans une bobine de fil de fer qui traînait parmi les éclats de roche. Il trépignait du pied gauche et le fil de fer se lovait autour de son godillot toujours plus haut sur sa jambe. Il aurait facilement pu se pencher et, en tirant dessus avec la main, d'un seul coup sec s'en débarrasser.

    Mais Norstrôm ne se pencha pas. Il continua à trépigner rageusement du pied. Il transpirait. Sa chemise de flanelle grise déboutonnée très bas sur son ventre débordant absorbait sa sueur qui sentait la peau aigre et sale.

    Norstrôm était contremaître. Ce samedi après-midi de la mi-juin, le chantier à découvert fumait sous la chaleur écrasante. Norstrôm dirigeait le dynamitage de tunnels pour la ligne de chemin de fer. Elle devait passer à double voie, et pour cela il fallait trois nouveaux tunnels. On travaillait à présent à celui du milieu…"

    Ce que j'en pense :

    C’est intéressant de découvrir les premiers pas de Mankell en littérature. On retrouve dans ce premier roman les « obsessions » de l’auteur : les personnages silencieux, l’attirance pour les iles, la mer, la façon de jouer avec la mémoire, les souvenirs, l’engagement pour une société plus juste. Évidemment il y a aussi les défauts du jeune auteur qui veut, comme c’était la mode à l’époque, déconstruire le récit, mêler les types de narration… et tout cela ne parait pas très bien maîtrisé.

    Le dynamiteur

    Le dynamiteur

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Sous les branches de l'udala

    "Sous les branches de l'udala" de Chinelo Okparanta - Belfond

    Présentation de l'éditeur :

    Dans la lignée d'Imbolo Mbue et de Chimamanda Ngozi Adichie, la découverte coup de cœur d'une voix puissante et singulière. Nommé pour de nombreux prix littéraires, porté par une atmosphère foisonnante où se bousculent les sensations, un roman bouleversant de courage sur la quête de soi, le poids dévastateur de la religion et des traditions, et la force éperdue de l'amour. 
    1968. Le Nigeria et la jeune république du Biafra se déchirent, les conflits interethniques sont chaque jour plus meurtriers, la population sombre peu à peu dans le désespoir. 
    Au cœur de cet océan de violence, la jeune Ijeoma tombe amoureuse d'Amina. 
    La relation des deux adolescentes est rapidement découverte et tous, mères, pères, voisins, amis, se chargent de leur rappeler qu'aux yeux de Dieu et de la loi, leur amour est criminel. 
    Pour Ijeoma, un choix se dessine alors : se cacher et suivre ses désirs ; ou s'oublier et jouer le rôle que la société lui impose. 
    Une existence prisonnière du mensonge, est-ce la seule issue qui s'offre à Ijeoma ?

    Première page :

    "A mi-chemin entre Old Oba-Nnewi Road et New Oba-Nnewi Road, dans cette zone vague que délimitent l'église du village et l'école primaire, là où s'arrête Mmiri John Road pour mieux repartir ensuite, là s'élevait notre maison d'Ojoto. C'était un bâtiment jaune à étage, construit le long du chemin de terre poussiéreux juste au sud de la rivière John, où la mère de papa avait failli se noyer quand elle était petite, à une époque où les gens allaient encore laver leur linge sur les berges pierreuses.

    Notre propriété était fermée par une clôture, et la barrière en était gardée par des buissons de roses et des bouquets d'hibiscus. Menant à cette barrière, de part et d'autre de la clôture, deux haies que mouchetaient abondamment de rose les minuscules fleurs d'ixora en forme d'étoiles. Côté route, les vendeurs ambulants s'alignaient le long de notre haie parmi des arbres chargés de fruits : oranges, goyaves, noix de cajou, mangues. Dans les clairières qui plus loin bordaient la route, là où les buissons prenaient des airs de forêt, d'autres arbres s'élevaient : immenses irokos, pins murmurants et, ici et là, cocotiers et palmiers à huile. Il fallait lever la tête pour en voir la cime, tant arbres et buissons étaient hauts.

    A la saison de l'harmattan, les vents du Sahara soufflaient, soulevant des trombes de poussière…"

    Ce que j'en pense :

    L’auteure nous raconte l’histoire d’une femme qui aime les femmes dans un pays (le Nigéria) où l’on peut se faire lapider pour cela. C’est un récit assez fort, entrecoupé de prières, de récits bibliques, d’histoires, de proverbes, de sentences. Mais l’écriture m’a déçu (est-ce du à  la traduction ?). Après avoir lu une de ses nouvelles parues dans « Snapshots, Nouvelles voix du Caine Prize »( chez Zulma), je m’attendais à une écriture plus percutante.

    Sous les branches de l'udala

    Sous les branches de l'udala

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Des arbres à abattre

    "Des arbres à abattre" de Thomas Bernhard - folio

    Présentation de l'éditeur :

    Forêt, forêt de haute futaie, des arbres à abattre : tel est le cri du cœur (et le cri de guerre) que ne peut s'empêcher de pousser le comédien du Burgtheater au cours du dîner artistique donné en son honneur, à l'issue de la première du Canard sauvage, par les époux Auersberger, représentants on ne peut plus typiques de cette société artistique viennoise que l'auteur-narrateur abhorre et avec laquelle il se flatte d'avoir rompu une bonne fois pour toutes quelque trente ans auparavant.
    Forêt, forêt de haute futaie, des arbres à abattre : parole emblématique opposant à une réalité monstrueusement tangible de l'artifice social le rêve d'un état naturel révolu (et peut-être à réinventer), mais aussi formule magique susceptible de calmer la formidable irritation qui gagne le narrateur au contact renouvelé de cette épouvantable société artistique viennoise qu'il s'était juré de fuir à jamais et à laquelle il est bien forcé de constater qu'il n'a pas cessé d'appartenir.

    Première page :

    "Tandis qu'ils attendaient tous le comédien qui leur avait promis de venir dîner chez eux, dans la Gentzgasse, vers onze heures trente, après la première du Canard sauvage, j'observais les époux Auersberger, exactement de ce même fauteuil à oreilles dans lequel j'étais assis presque chaque jour au début des années cinquante, et pensais que c'avait été une erreur magistrale d'accepter l'invitation des Auersberger. Pendant vingt ans, je n'avais plus vit les époux Auersberger, et voilà que le jour même de la mort de notre amie commune Joana, comme par hasard, je suis tombé sur eux au Graben et j'ai accepté sans hésiter de me rendre à leur dîner artistique comme les époux Auersberger ont appelé leur souper. Pendant vingt ans, je n'ai plus rien voulu savoir des époux Auersberger, et pendant ces vingt ans, j'avais eu la nausée rien que d'entendre leur nom prononcé par des tiers, pensai-je dans le fauteuil à oreilles, et voilà maintenant que les époux Auersberger me confrontent avec leurs et avec mes années cinquante. Pendant vingt ans, j'ai fait en sorte de ne pas me trouver sur le chemin des époux Auersberger, en vingt ans, je ne les ai pas rencontrés une seule fois, et c'est juste maintenant, comme par hasard, qu'il a fallu que je tombe sur eux…"

    Ce que j'en pense :

    C’est un réquisitoire sans appel de la « bonne société culturelle » de Vienne, dont l’auteur faisait lui-même partie. Tout parait dérisoire dans ce monde « artistique ». L’écriture est pleine de rage, d’ironie et d’humour.  Ce livre gagne beaucoup à être lu à voix haute en se laissant emporter par la parole impétueuse de Thomas Bernhard.

    Des arbres à abattre

    Des arbres à abattreDes arbres à abattreDes arbres à abattre

     

     

    __________


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique