• Le Chanteur de Gospel

    Le Chanteur de Gospel - Harry Crews
    Traduction Nicolas Richard - folio policier

    Présentation de l'éditeur :

    Chaque bled, même paumé, a son héros. À Enigma, Géorgie, où la canicule suce la terre, on guette depuis des mois l'arrivée d'une Cadillac. On attend l'enfant prodigue du pays, le Chanteur de Gospel, une sorte de messie dont chaque passage s'accompagne de mystères. Il va, cette fois, chanter en souvenir de Mary Bell, l'autre soleil d'Enigma, une gamine poignardée soixante et une fois. Le shérif le sent, ce crime sacrilège rendra la foule difficile à tenir. Les idoles sont fragiles et l'amour comme la haine peuvent être gravés sur les mains d'un même homme. Qui sait ce que la folie qui couve en ville réservera au Chanteur?...

    Les premières lignes :

    "Enigma, Géorgie, était un cul-de-sac. Le tribunal avait été construit à la lisière du marécage Big Harrikin, là où la Route 229 s'arrêtait net comme un ruban coupé. De la fenêtre de sa cellule orientée au nord, Willalee Bookatee voyait toute la ville. Il se balançait mollement d'un pied sur l'autre. Derrière lui, une assiette de petits pois se figeait dans de la graisse de porc. Deux pains au lait étaient échoués sur le bord de l'assiette. Un seau traînait dans un coin de la cellule, et au-dessus, à hauteur d'homme, le règlement de la prison du comté de Lebeau avait été inscrit au crayon de papier sur une feuille de cahier.

    Dans la chaleur étouffante de sa cellule, Willalee Bookatee se dandinait comme un balancier d'horloge devant l'éclatant carré de lumière de sa fenêtre. Hormis le vrombissement incessant des mouches qui s'agglutinaient derrière lui, sur le bord poisseux de l'assiette, il n'y avait pas un bruit. Le soleil à l'ouest divisait la rue en une zone d'ombre et une zone de lumière. Tout au bout de la ville, là où la Route 229 débouchait dans la plaine brûlante, un mulet était attaché dans l'ombre clairsemée d'un mélia. Il était endormi sous une selle en bois, et des mouches gorgées de sang voletaient tout autour avec langueur. Du côté ensoleillé de la rue, une Buick 1948 avec une queue de renard sur l'antenne et un autocollant Go Navy sur le pare-brise arrière, était garée devant l'épicerie-droguerie Marvin, qui faisait également bureau de poste, et où flottait un fanion au poteau en aluminium. La Buick était la seule voiture de toute la rue. Il n'avait pas plu depuis deux mois."

    Ce que j'en pense :

    Ce roman écrit il y a plus de 40 ans mérite vraiment lecture. Portrait d'une Amérique profonde peuplée de monstres, de belles filles, de tarés, de tordus... et son écriture en fait un livre de poésie noire.

    __________


    1 commentaire
  • Les feuilles mortes

    Les feuilles mortes - Thomas H. Cook
    Gallimard - série noire

    Présentation de l'éditeur :

    Eric Moore a toutes les raisons apparentes d'être heureux : propriétaire prospère d'un magasin de photos et d'une jolie maison dans une petite ville sans problème de la côte Est, il mène une vie de famille épanouie auprès de sa femme Meredith et de son fils Keith, un adolescent de quinze ans. Cet équilibre parfait va pourtant voler en éclats à jamais... Un soir comme les autres, ses voisins demandent à Keith de garder Amy, leur fille de huit ans. Au petit matin, Amy est introuvable. Très vite, l'attention de la police se porte sur Keith et ce dernier, pataud et mal dans sa peau, se défend maladroitement.

    Du jour au lendemain, Eric devient l'un de ces parents qu'il a vus, à la télévision, proclamer leur foi dans l'innocence de leur enfant. Alors que l'enquête de la police se recentre autour de Keith, Eric doit lui trouver un avocat et le protéger contre les soupçons croissants de la communauté. Mais est-il tout à fait sûr de l'innocence de son fils ? Si Keith était coupable, et s'il était prêt à répéter son geste... Quelle devrait être alors la responsabilité d'un père ?

    Les feuilles mortes est le récit d'une confiance brisée et celui des efforts héroïques d'un homme pour retenir coûte que coûte les liens qui l'unissent à tous ceux qu'il aime.

    Les premières lignes :

    "Quand vous songez à cette époque, c'est sous forme de photos. Vous revoyez le jour où vous avez épousé Meredith. Vous vous tenez tous les deux sur le perron de la mairie par une belle journée de printemps. Elle se blottit contre vous dans sa robe de mariée, sa main glissée sous votre bras. Elle porte un petit bouquet sur sa. robe. Au lieu de regarder l'objectif, vous ne vous quittez pas des yeux. Votre regard pétille et l'air danse autour de vous.

    Vous effectuez quelques petits voyages avant la naissance de Keith. Vous vous revoyez en radeau sur le fleuve Colorado, au milieu des éclaboussures ; éblouis par le feuillage d'automne du New Hampshire; au sommet de l'Empire State Building, où vous faites l'imbécile devant l'appareil, pieds écartés, poings sur les hanches, comme le maître de l'univers. Vous avez vingt-quatre ans, elle vingt et un, et votre confiance l'un dans l'autre est si totale qu'elle confine à l'impudence. Vous n'avez peur de rien. L'amour, pensez-vous alors, est une armure invincible.

    Keith apparaît pour la première fois au creux du bras de Meredith. Elle gît sur son lit de maternité, une pellicule de sueur sur le visage, les cheveux en bataille. Le bébé est enveloppé dans un drap. La photo a été prise de profil, et l'on voit sa minuscule main rosé se tendre instinctivement..."

    Ce que j'en pense :

    Très bon livre "noir" où le soupçon ronge de l'intérieur un homme qui remet en cause sa vie de père (et de fils). On assiste à la destruction d'une cellule familiale qui apparaissait pourtant (presque) parfaite.

    __________


    votre commentaire
  • Lune captive dans un oeil mort

    Lune captive dans un oeil mort
    Pascal Garnier - Editions Zulma

    Présentation de l'éditeur :

    Martial et Odette viennent d'emménager dans une résidence paradisiaque du sud de la France, loin de leur grise vie de banlieue. Les Conviviales offrent un atout majeur : protection absolue et sécurité garantie - pour seniors uniquement.

    Assez vite, les défaillances du gardiennage s'ajoutent à l'ennui de l'isolement. Les premiers voisins s'installent enfin. Le huis clos devient alors un shaker explosif : troubles obsessionnels, blessures secrètes, menaces fantasmées du monde extérieur. Jusqu'à ce que la lune, une nuit plus terrible que les autres, se reflète dans l'œil du gardien...

    Avec beaucoup d'humour et de finesse, malgré la noirceur du sujet, Pascal Garnier brosse le portrait d'une génération à qui l'on vend le bonheur comme une marchandise supplémentaire. Une fin de vie à l'épreuve d'un redoutable piège à rêves.

    Les premières lignes :

    "LES CONVIVIALES

    L'EXPERT DES RESIDENCES SENIORS

    Les Conviviales, c'est un nouveau concept de vie pour les retraités qui ont choisi de vivre une retraite active au soleil... En quelques mots, les Conviviales, c'est:

    UNE RÉSIDENCE CLÔTURÉE ET SÉCURISÉE

    Aujourd'hui, le premier des conforts, c'est de se sentir bien protégé et en sécurité permanente. Le gardien-régisseur logé sur place à l'année veille à la tranquillité des résidents.

    Martial compara la photo sur la couverture de la plaquette avec ce qu'il voyait par la fenêtre. Il pleuvait. Il pleuvait presque tous les jours depuis un mois. La pluie vernissait les tuiles romaines des pavillons rigoureusement identiques au crépi ocre qui tendaient devant eux leur petit tablier de pelouse vert cru, pareil à de la moquette synthétique. Des arbustes plantés comme des balais à intervalles réguliers ne produisaient en cette saison ni feuilles, ni fleurs, ni ombre. Tous les volets étaient clos..."

    Mon avis :

    Comme toujours chez Pascal Garnier il y a dans ce livre un mélange d'humour, de férocité et d'humanité. Il sait à merveille décrire des micros sociétés en nous laissant découvrir (à petites doses) les fêlures et/ou les fractures de chacun.

    __________



    votre commentaire
  •  

    Lorraine connection

    Lorraine connection - Dominique Manotti
    Rivages/Noir

    Quatrième de couverture :

    A Pondange en Lorraine, l'usine Daewoo fabrique des tubes cathodiques de téléviseurs. C'est la seule source d'emplois dans cette région sinistrée. Lorsqu'un énième accident se produit, l'usine se met en grève. Mais alors que les grévistes s'organisent pour passer la nuit sur place, l'usine prend feu. L'incendie est-il lié au mouvement d'occupation ? Pourquoi Eric, l'un des employés qui disait avoir vu les incendiaires est-il victime d'un accident malencontreux ? A y regarder de plus près, Daewoo Pondange paraît être au coeur d'enjeux stratégiques et de troublantes zones d'ombre. Meurtres, coups fourrés, manipulation, chantage, les adversaires qui s'affrontent ici ne reculent devant rien.

    Les premières lignes:

    Une pièce confinée entre quatre parois de tôle grise, traversée de part en part par un convoyeur sur lequel reposent deux rangées d'écrans de télévision et leurs lampes, sous la lumière blanche de rampes de néons, d'où pendent ici et là des fils électriques. Deux lignes de quatre filles se font face, de part et d'autre du convoyeur. Il fait très frais, on va vers l'automne, et quand elles ont pris leur poste, ce matin, il faisait encore nuit. Aussi, bien que toutes les filles se connaissent, et se sentent presque intimes dans ce lieu clos, où l'on travaille quasiment en équipe, cadences et primes collectives, personne n'a envie de parler, car aller vers les nuits longues et les jours courts rend plutôt cafardeux

    Mon avis :

    Sujet intéressant; enquête bien documentée... mais il manque quelque chose dans la conduite de l'intrigue pour en faire un bon polar.

    __________


    votre commentaire

  • Décomposition


    La quatrième de couverture
    C'est un conte de fées qui commence mal, très mal
    . L'histoire d'une fille un peu paumée qui voulait croire au prince charmant. Erreur. la voilà avec un cadavre dans le coffre de sa mustang, le cadavre de Jack, le prince changé en crapaud, en salaud. La route va être longue jusqu'à Seattle où peut être l'attend son autre prince, le brave George, qu'elle n'aurait jamais dû plaquer. Et comme dans tous les contes, il y aura des rencontres : un flic soupçonneux, d'autres paumés, et même une poule, une vraie...


    Les premières lignes :

    "George était un type bien et je ne l'ai pas tué ; mais je lui ai brisé le cœur. Il m'a offert cette Mustang et quand j'arriverai enfin à Seattle je me garerai devant chez lui, il descendra les marches de sa véranda en courant, il se penchera par la vitre baissée et il m'embrassera. Tout sera alors parfait.

    Mais avant d'arriver là-bas, il faut que je me débarrasse de Jack. Lui, ce n'était pas un type bien, et je l'ai tué.

    C'est la première fois que je prends la route, et il est hors de question qu'il soit encore dans le coffre quand j'arriverai à bon port."

    Mon avis :

    Scénario et écriture très originaux. Un livre rempli d'odeurs (mauvaises!)

    __________



    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique