• Les mille talents d'Euridice Gusmao

    Les mille talents d'Euridice Gusmao

    "Les mille talents d'Euridice Gusmao" de Martha Batalha - Denoël

    Présentation de l'éditeur :

    L’histoire d’Eurídice Gusmão, ça pourrait être la vôtre, ou la mienne. Celle de toutes les femmes à qui on explique qu’elles ne doivent pas trop penser. Et qui choisissent de faire autrement… 
    «Responsable de l’augmentation de 100 % du noyau familial en moins de deux ans, Eurídice décida de se désinvestir de l’aspect physique de ses devoirs matrimoniaux. Comme il était impossible de faire entendre raison à Antenor, elle se fit comprendre par les kilos qu’elle accumula. C’est vrai, les kilos parlent, les kilos crient, et exigent – Ne me touche plus jamais. 
    Eurídice faisait durer le café du matin jusqu’au petit déjeuner de dix heures, le déjeuner jusqu’au goûter de quatre heures, et le dîner jusqu’au souper de neuf heures. Eurídice gagna trois mentons. Constatant qu’elle avait atteint la ligne, cette ligne à partir de laquelle son mari ne s’approcherait plus d’elle, elle adopta à nouveau un rythme alimentaire sain.»

    Première page :

    "Lorsque Eurídice Gusmão épousa Antenor Campelo, sa sœur lui manquait déjà moins. Elle était à nouveau capable de sourire fugacement quand elle entendait quelque chose d’amusant, et elle pouvait lire deux pages d’un livre sans relever les yeux et se demander où Guida pouvait être au même instant. À dire vrai, elle la cherchait encore parmi les visages féminins croisés dans la rue et, une fois, elle eut même la conviction d’avoir aperçu Guida dans un tramway, direction Vila Isabel. Mais cette certitude s’évanouit par la suite, comme toutes celles qu’elle avait eues.

    Personne ne savait au juste pourquoi Eurídice et Antenor s’étaient mariés. Certains pensaient qu’ils avaient échangé leurs vœux parce que José Salviano et Manuel da Costa étaient déjà fiancés. D’autres désignaient la maladie de la tante d’Antenor comme la principale raison de cette union, étant donné qu’elle ne pouvait à présent plus laver le linge de son neveu avec son savon spécial à la lavande, ni préparer son bouillon de poule aux oignons émincés et transparents, car si Nonô aimait le goût de l’oignon il en détestait la texture…"

    Ce que j'en pense :

    Il y a de bons et de moins bons moments dans ce roman. Le personnage principal est très intéressant mais on peut s'ennuyer un peu lorsque l'auteure fait la biographie des parents, des conjoints…Le charme que l'on a au début du livre s'effiloche au fil des pages.

    Les mille talents d'Euridice Gusmao

     

     

    __________


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :