• Dernière nuit à Montréal

    Dernière nuit à Montréal

    "Dernière nuit à Montréal" de Emily St John Mandel - Rivages/Noir

    Présentation de l'éditeur :

    C'est l'histoire de Lilia, enlevée à sept ans par son père, et de la longue cavale qui dura toute son adolescence. C'est l'histoire de Christopher, le détective engagé par la mère de Lilia pour la retrouver et de sa fille Michaela, qui rêvait d'être funambule avant de finir dans une boîte minable de Montréal. Michaela sait ce que Lilia a toujours ignoré : la raison de sa cavale. C'est enfin l'histoire d'Eli, étudiant passionné par les langues et la fragilité des sentiments qu'elles servent à exprimer, qui a hébergé Lilia à New York suffisamment longtemps pour tomber amoureux d'elle et partir à sa recherche lorsque, une fois de plus, elle s'enfuit. C'est dans une Montréal hypnotique que se dénouera cette "histoire de fenêtres brisées et de neige", une histoire en forme d'éclats de miroir brisé qui, une fois reconstitué, dessine une vision déchirante du monde.

    Première page :

    "Personne ne reste pour toujours. Le matin de sa disparition, Lilia se réveilla de bonne heure et demeura un moment immobile dans son lit. C'était le dernier jour d'octobre. Elle dormait nue.

    Eli était déjà levé et travaillait sur sa thèse. Pendant qu'il tapait ses notes de la veille, il entendit les bruits qu'elle faisait, le froufrou de la couette, le frôlement de ses pieds nus sur le plancher, puis elle l'embrassa tout doucement sur le sommet du crâne en allant à la salle de bains — il émit un ronronnement satisfait mais ne leva pas la tête — et la douche se mit en marche de l'autre côté de la porte presque fermée. Des bouffées de vapeur et un parfum de shampoing à l'abricot s'échappèrent par l'entrebâillement. Elle resta quarante-cinq minutes sous la douche, mais cela n'avait rien d'inhabituel ; la journée était encore tout à fait ordinaire. Eli jeta un bref coup d'œil lorsqu'elle sortit de la salle de bains. Lilia, nue : corps pâle enveloppé dans une moelleuse serviette blanche, courts cheveux bruns mouillés, mèches collées sur le front. Elle sourit quand leurs regards se croisèrent."

    Ce que j'en pense :

    Roman classé comme polar mais qui est plutôt un roman sur la solitude (choisie ou imposée). Il se dégage de cette lecture une atmosphère à la fois inquiétante et poétique. Chacun(e) des personnages a ses zones secrètes : comment se fait-il que l’on ait envie de se perdre, de disparaître, de fuir … ou de rechercher, de retrouver… ? Notons également que la description de la ville de Montréal est « glaçante ».

    Dernière nuit à Montréal

    Dernière nuit à MontréalDernière nuit à MontréalDernière nuit à Montréal

     

     

    __________


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :