• Changer l'eau des fleurs

    Changer l'eau des fleurs

    "Changer l'eau des fleurs" de Valérie Perrin - Albin Michel

    Présentation de l'éditeur :

    Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses.
    Après l’émotion et le succès des Oubliés du dimanche, Valérie Perrin nous fait partager l’histoire intense d’une femme qui, malgré les épreuves, croit obstinément au bonheur. Avec ce talent si rare de rendre l’ordinaire exceptionnel, Valérie Perrin crée autour de cette fée du quotidien un monde plein de poésie et d’humanité.

    Un hymne au merveilleux des choses simples.

    Première page :

    "Un seul être nous manque et tout est dépeuplé.

    Mes voisins de palier n'ont pas froid aux yeux. Ils n'ont pas de soucis, ne tombent pas amoureux, ne se rongent pas les ongles, ne croient pas au hasard, ne font pas de promesses, de bruit, n'ont pas de sécurité sociale, ne pleurent pas, ne cherchent pas leurs clés, leurs lunettes, la télécommande, leurs enfants, le bonheur.

    Ils ne lisent pas, ne payent pas d'impôts, ne font pas de régime, n'ont pas de préférences, ne changent pas d'avis, ne font pas leur lit, ne fument pas, ne font pas de listes, ne tournent pas sept fois leur langue dans la bouche avant de parler. Ils n'ont pas de remplaçants.

    Ils ne sont pas lèche-cul, ambitieux, rancuniers, coquets, mesquins, généreux, jaloux, négligés, propres, sublimes, drôles, accros, radins, souriants, malins, violents, amoureux, râleurs, hypocrites, doux, durs, mous, méchants, menteurs, voleurs, joueurs, courageux, feignants, croyants, vicelards, optimistes.

    Ils sont morts.

    La seule différence entre eux, c'est le bois de leur cercueil : chêne, pin ou acajou."

    Ce que j'en pense :

    Lorsque l'on a fini ce roman, on se demande comment en parler, comment traduire en mots les émotions que l’on a eu en le lisant. C'est une très belle histoire pleine d’humanité, avec des drames, des rencontres, de l’humour (juste ce qu’il faut). Le lecteur passe d’un lieu à un autre, d’une époque à une autre, d’un personnage à l’autre sans être perdu. Bien sûr il y a quelques petits défauts (autour du jardinage par exemple) et certains personnages sont moins crédibles que d’autres…mais… il y a un Gabriel qui pleure en regardant « Sur la route de Madison » !

    Changer l'eau des fleurs

    Changer l'eau des fleursChanger l'eau des fleursChanger l'eau des fleurs

     

     

    __________


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :