• Les vieux fourneaux 4. la magicienne

    "Les vieux fourneaux 4 La magicienne" de Lupano et Cauuet - Dargaud

    Présentation de l'éditeur :

    Après une tournée d'été du théâtre du "Loup en slip", Sophie et Antoine rentrent au bercail... pour découvrir leur charmant village en pleine effervescence ! Le projet d'extension de l'entreprise Garan-Servier, qui relancerait l'économie de la région, est menacé... par une mystérieuse "magicienne dentelée" occupant le terrain. Branle-bas de combat pour les zadistes ! Cela dit, c'est un coup de bol pour les vieux fourneaux, qui peuvent enfin partir à la recherche de leur trésor oublié...Quant à Sophie, elle apprend une délicate vérité au sujet de son père...Confidence pour confidence, révélera-t-elle enfin l'identité du père de sa fille, Juliette ?

    Extrait :

    Les vieux fourneaux 4. la magicienne

     

    Ce que j'en pense :

    On retrouve avec plaisir les personnages des tomes précédents. Les allusions à l'actualité font toujours mouche mais l'ensemble est moins foisonnant, moins fou, aussi bien dans le récit que dans les dialogues. Je ne sais pas si j'irai jusqu'au tome 5 !

    Les vieux fourneaux 4. la magicienne

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

    "Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill"  de Jean Régnaud et Emile Bravo - Gallimard

    Présentation de l'éditeur :

    Michèle sort de son pull une carte postale. Elle m'annonce que c'est MA MAMAN QUI L'A ÉCRITE ! ! ! Michèle me dit alors, en me regardant droit dans les yeux, qu'elle veut bien me la lire mais que je dois d'abord lui promettre que je ne parlerai à personne de cette carte.

    Extrait :

    Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

    Ce que j'en pense :

    C'est une bd qui raconte la découverte du monde des adultes (la famille, l'école, l'absence de la mère) par un garçon de 6 ans. C'est délicat, parfois drôle, un peu mélancolique mais toujours émouvant.

    Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

    Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

    Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Pereira prétend

    "Pereira prétend" de Pierre-Henry Gomont (d'après Tabucchi) - Sarbacane

     Présentation de l'éditeur :

    Lisbonne, Portugal, en pleine dictature salazariste, fin juillet 1938. Dans une ville enveloppée d’un « suaire de chaleur », un journaliste vieillissant, le doutor Pereira, veuf, obèse, cardiaque et tourmenté, rédige chaque jour depuis plus de trente ans la page culturelle du quotidien très conservateur, le Lisboa. Dans cette vie endormie, déboule un certain Francesco Monteiro Rossi… et, de façon tout à fait inattendue, Pereira l’engage. Mais le jeune pigiste, au lieu d’écrire les sages nécrologies que Pereira lui a commandées, lui remet des éloges aussi sulfureux qu’impubliables de Lorca et autres Maïakovski, ennemis avérés du régime fasciste.

    Et là encore, au lieu de congédier ce dangereux collaborateur, le doutor Pereira le garde, se prend peu à peu d’amitié pour lui, puis pour sa mystérieuse et belle compagne, qui se révèle être une fervente combattante révolutionnaire, au service des républicains espagnols. Devenue une oeuvre emblématique de la résistance au totalitarisme et à la censure, Pereira prétend raconte la prise de conscience d’un homme confronté à la dictature. Ou quand un homme décide de se battre la plume au poing !

    Extrait :

    Pereira prétend

    Pereira prétend

     Ce que j'en pense :

    L'album suit fidèlement le roman de Antonio Tabucchi paru en 1994. Les trouvailles graphiques, le dessin, les couleurs apportent une grand force à cette histoire. J'ai particulièrement apprécié tous ces petits bonhommes qui accompagnent le héros et qui représentent ses doutes, ses réflexions. C'est donc un très bel album qui nous parle d'engagement politique dans cette très belle ville de Lisbonne.

    Pereira prétend

    Pereira prétendPereira prétendPereira prétend

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Le crépuscule des idiots

    "Le crépuscule des idiots" de Krassinsky - Casterman

    Présentation de l'éditeur :

    Diou existe-t-il ?

    " Certains humains sont bêtes comme des singes, dit-on. Mais il est des singes qui sont sots comme des humains. "
    Une satire mordante sur les errements des prophètes et religions de tout poil.

    Extrait :

    Le crépuscule des idiots

    Ce que j'en pense :

    Une très belle satire de TOUTES les religions, sujet très sensible actuellement. Graphiquement c'est très réussi.  Il y a bien sûr de l'humour mais c'est surtout une magnifique réflexion sur les relations entre pouvoir (des hommes surtout) et religion. Ces (presque) 300 pages se lisent très vite.

    Le crépuscule des idiots

    Le crépuscule des idiotsLe crépuscule des idiotsLe crépuscule des idiots

     

     

    __________


    votre commentaire
  • La tendresse des pierres

    "la tendresse des pierres" de Marion Fayolle - Magnani

    Présentation de l'éditeur :

    Marion Fayolle réalise un chef d'œuvre éblouissant sur la recherche d'un amour manqué, celui d'un père à l'agonie. Un homme dur et insaisissable dont on souhaite réanimer la vie et l'amour. La Tendresse des Pierres sublime par delà toutes les richesses des rapports texte et image les possibilités artistiques et littéraires d'une bande dessinée moderne que l'auteur enrichit par l'influence du surréalisme et du nouveau roman. 

    Extrait :

    La tendresse des pierres

    (Cliquer sur l'image pour la voir en grand format )

    Ce que j'en pense :

    BD (ou roman graphique?) très originale par le sujet, le graphisme et le texte, et assez bouleversante. C'est à la fois doux et rugueux, d'où  le titre "la tendresse des pierres". L'auteure sait parler de souffrance sans tristesse, avec simplicité et profondeur.

    La tendresse des pierres

    La tendresse des pierresLa tendresse des pierresLa tendresse des pierres

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Vive la marée

    "Vive la marée" de David Prudhomme et Pascal Rabaté - Futuropolis

    Présentation de l'éditeur :

    Madame enfile son maillot à l’abri de sa serviette avant de se faire bronzer « seins nus ou pas seins nus ? Allez, seins nus. » Monsieur prépare son matériel de pêche tel un guerrier conquérant. Les enfants sont déjà dans l’eau, le chien à leur trousse, au matin on pense au repas du soir sans oublier de prévoir une case apéro. La plage est un formidable terrain de jeux où « les adultes rêvent et restent les enfants qu’ils ont toujours été », un observatoire de la trivialité humaine dans son plus simple appareil – ou presque.

    Extrait : 

    Vive la marée

    Vive la marée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce que j'en pense :

    Une belle façon d'observer ses semblables, avec de l'humour et un petit côté piquant (peut âtre pas assez à mon gout). C'est très bien fait, rempli de petits détails insolites et amusants, on déambule (bulle) dans cet album, le sourire aux lèvres.

    Vive la marée

    Vive la maréeVive la marée

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Les vieux fourneaux

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    "Les vieux fourneaux" , scénario Wilfrid Lupano, dessin Paul Cauuet - Dargaud

    Présentation de l'éditeur :

    Pierrot, Mimile et Antoine, trois septuagénaires, amis d'enfance, ont bien compris que vieillir est le seul moyen connu de ne pas mourir. Quitte à traîner encore un peu ici-bas, ils sont bien déterminés à le faire avec style : un œil tourné vers un passé qui fout le camp, l'autre qui scrute un avenir de plus en plus incertain, un pied dans la tombe et la main sur le cœur. Une comédie sociale aux parfums de lutte des classes et de choc des générations, qui commence sur les chapeaux de roues par un road-movie vers la Toscane, au cours duquel Antoine va tenter de montrer qu'il n'y a pas d'âge pour commettre un crime passionnel.

    Extrait :

    Les vieux fourneaux

    Les vieux fourneaux

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    (Cliquer sur l'image pour la voir en plus grand format)

    Ce que j'en pense :

    Une belle histoire, simple, drôle, émouvante, ancrée dans le réel. Les dialogues sont percutants et les dessins des personnages sont très expressifs. Le deuxième tome confirme le talent des deux auteurs avec un petit bémol vers la fin où le côté "engagé" prend un peu trop de place. On attend quand même le tome 3.

    (TLes vieux fourneauxome 1)Les vieux fourneauxLes vieux fourneaux

     

    (Les vieux fourneauxLes vieux fourneauxTome 2)

     

    __________


    votre commentaire
  • Je mourrai pas gibier

    "Je mourrai pas gibier" de Alfred, d'après le roman de Guillaume Guéraud (Rouergue)- Delcourt

    Présentation de l'éditeur :

    A la base, ça devait être une fête, vu que c'était le mariage de mon frère. Mais une fête à Mortagne, on ne sait jamais ce que ça veut dire.

    Extrait :

    Je mourrai pas gibier

    Ce que j'en pense :

    On reçoit cette BD comme un coup de poing. C'est direct, violent ; le trait est sec, coupant… un album sensible et bouleversant, qui nous fait comprendre comment on peut être amené à commettre l'irréparable.

    Je mourrai pas gibierJe mourrai pas gibier

    Je mourrai pas gibier

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Un printemps à Tchernobyl

    "Un printemps à Tchernobyl" de Emmanuel Lepage
    Futuropolis

    Présentation de l'éditeur :

    26 avril 1986. À Tchernobyl, le cœur du réacteur de la centrale nucléaire commence à fondre. Un nuage chargé de radionucléides parcourt des milliers de kilomètres. Sans que personne ne le sache… et ne s’en protège. C’est la plus grande catastrophe nucléaire du XXe siècle. Qui fera des dizaines de milliers de victimes. À cette époque, Emmanuel Lepage a 19 ans. Il regarde et écoute, incrédule, les informations à la télévision. 

    22 ans plus tard, en avril 2008, il se rend à Tchernobyl pour rendre compte, par le texte et le dessin, de la vie des survivants et de leurs enfants sur des terres hautement contaminées. Quand il décide de partir là-bas, à la demande de l’association les Dessin’acteurs, Emmanuel a le sentiment de défier la mort. Quand il se retrouve dans le train qui le mène en Ukraine, où est située l’ancienne centrale, une question taraude son esprit : que suis-je venir faire ici ?

    Extrait :

    Un printemps à Tchernobyl

     

    Ce que j'en pense :

    La progression est intéressante (même si au début on se demande bien où veut aller l'auteur) : des interrogations, des peurs, des représentations de ce lieu… et puis, petit à petit la vie est là (et la couleur également). Très beau carnet de voyage où alternent les techniques de dessin, le noir, la couleur, petites vignettes et dessin pleine page.

    Un printemps à Tchernobyl

    Un printemps à Tchernobyl

     Un printemps à Tchernobyl

     

    ___________


    votre commentaire
  • Là où vont nos pères

    "Là où vont nos pères" de Shaun Tan
    Dargaud

    Présentation de l'éditeur :

    Un jour, un homme fait sa valise. Il quitte sa femme et sa fille, puis il s'en va. Il prend le train et embarque à bord d'un navire sur lequel il va traverser l'océan. Destination la terre promise, vers un pays inconnu. Cet homme est un émigrant. S'il laisse sa vie derrière lui, c'est parce qu'il espère en trouver une meilleure, ailleurs, loin de chez lui et loin des siens. Là-bas, dans ce pays nouveau et étrange où il doit réapprendre à vivre, il rencontrera d'autres gens, exilés comme lui, et comme lui perdus dans ce monde nouveau... Là où vont nos pères est un album d'une profonde originalité. Consacré à un thème plus que jamais d'actualité - l'émigration -, l'auteur a pris le parti d'un récit onirique qui acquiert la force d'une histoire universelle et intemporelle

    Extrait :

    Là où vont nos pères

    Là où vont nos pères

     

    Ce que j'en pense :

    Cette BD alterne des pages composées de petites vignettes carrées et des dessins pleine page en couleur sépia.

    Réalisme fantastique, univers kafkaïen, poétique et sombre, hommage universel aux exilés… un chef d'œuvre.

    Là où vont nos pères

    Là où vont nos pères Là où vont nos pères Là où vont nos pères

    __________ 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique