• Malaterre

    "Malaterre" de Pierre Henry Gomont - Dargaud

    Présentation de l'éditeur :

     Coureur, menteur, buveur, noceur… Gabriel Lesaffre a toutes les qualités. Depuis l’enfance, il est en rupture avec son milieu familial. Épris de liberté, il ne supporte pas l’autorité. Un jour, il tombe amoureux d’une lointaine cousine, Claudia. Elle a dix ans de moins que lui. Coup de foudre, mariage, trois enfants : Gabriel se laisser séduire par les charmes de la vie de couple et les délices du confort bourgeois. Mais ses vieux démons se rappellent à son bon souvenir. Gabriel s’ennuie. Il plaque tout, s’envole pour l’Afrique, reste cinq ans sans donner de nouvelles. Puis il réapparaît, fidèle à lui-même. Mêlant manipulation, persuasion et belles promesses, il obtient la garde de Mathilde et Simon, les deux aînés, et les emmène avec lui en Afrique équatoriale. Pour ces deux jeunes ados, une nouvelle existence commence : ils découvrent l’Afrique et une vie « festive, bigarrée, frivole et un peu vaine ». Mais ils doivent aussi supporter les incessants problèmes d’argent de leur père, héritier d’un domaine qu’il est incapable de gérer, et son penchant insurmontable pour la boisson. Et si le rêve africain finissait par se dissiper dans les vapeurs d’alcool ?

    Extrait :

    Malaterre

    (cliquer sur l'image pour la voir en grand format) 

    Ce que j'en pense :

    Une très bonne BD, roman graphique. On retrouve le magnifique dessin de Pierre Henry Gomont dans « Pereira prétend ». C’est bien le dessin qui m’a emporté dans cette histoire. C’est le portrait d’un homme complexe et pas très sympathique qui donne à ses enfants l’amour de la liberté, de l’aventure ainsi que des cadeaux empoisonnés.

    Malaterre

    MalaterreMalaterre

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Les vieux fourneaux, tome 5

    "Les vieux fourneaux, Bons pour l'asile" de Lupano et Cauuet - Dargaud

    Présentation de l'éditeur :

    Retour à Paris pour Antoine, Mimile et Juliette. Le plan est simple : ramener Juliette auprès de sa mère, puis filer au Stade de France pour assister au match de rugby France-Australie. C'est du moins ce qui est prévu... Mais, désireuse de voir son père et son grand-père se rabibocher, Sophie les oblige à s'occuper ensemble de Juliette jusqu'au lendemain. Mimile ne peut donc compter que sur Pierrot pour l'accompagner au match. Or, Pierrot l'anarchiste mène un nouveau combat : il s'est engagé en faveur des migrants. Alors vous pensez bien qu'assister à un match opposant la France, qui refuse d'accueillir les migrants, à l'Australie, qui ne pense qu'à les entasser dans des camps, bafouant ainsi les droits de l'homme, c'est hors de question ! Mimile n'a plus pour seule compagnie que ses désillusions... Et si lui aussi était bon pour l'asile ?

    Extrait :

    Les vieux fourneaux, tome 5

     

    Ce que j'en pense :

    Ce tome 5 est plutôt mieux réussi que le tome précédent. On y croit un peu plus et les sujets d'actualité sont présents (comme les migrants). On a même l'impression que nos vieux anarchistes sont prêts à enfiler un gilet jaune dans le prochain tome !

    Les vieux fourneaux, tome 5

    Les vieux fourneaux, tome 5Les vieux fourneaux, tome 5

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Un océan d'amour

    "Un océan d'amour" de Lupano et Panaccione - Delcourt

    Présentation de l'éditeur :

    Chaque matin, Monsieur part pêcher au large des côtes bretonnes. Mais ce jour-là, c'est lui qui est pêché par un effrayant bateau-usine. Pendant ce temps, Madame attend. Sourde aux complaintes des bigoudènes, convaincue que son homme est en vie, elle part à sa recherche. C'est le début d'un périlleux chassé-croisé, sur un océan dans tous ses états. Une histoire muette avec moult mouettes.

    Extrait :

    Un océan d'amour

     

    Ce que j'en pense :

    Il faut lire cette BD une première fois pour découvrir l'histoire. C'est une fable écologique sur la mer, un clin d'oeil à la sardine en boite et au folklore breton, une belle histoire d'amour... et d'humour. Graphiquement c'est parfaitement réussi. C'est une BD à relire pour en apprécier tous les détails.

    Un océan d'amour

    Un océan d'amourUn océan d'amourUn océan d'amour

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Vivre en terre occupée

    "Vivre en terre occupée, un voyage en Palestine de Naplouse à Gaza" 

    de José Pablo Garcia - La Boite à Bulles

    Présentation de l'éditeur :

    Bien décidé à arrêter son métier d’auteur de bande dessinée, José Pablo Garcia va recevoir une offre qui pourrait bien le faire changer d’avis...
    L’association Action Contre la Faim et l’Agence Espagnole de Coopération, lui proposent de partir 10 jours dans les Territoires Occupés puis de réaliser une bande dessinée de sensibilisation aux conditions de vie de la population locale.
    Le voici donc parti en Cisjordanie où la population vit depuis plus
    de 50 ans sous l’occupation puis à Gaza où le blocus imposé depuis plus de 10 ans rend les conditions de vie encore plus précaires. José Pablo Garcia porte un regard sans a priori et plein d’humanité sur un conflit qui semble chaque jour plus insoluble.

    Extrait :

    Vivre en terre occupée

     

    Ce que j'en pense :

    Cette BD montre de façon très didactique le quotidien des différentes populations palestiniennes de Cisjordanie (à Jérusalem, à Gaza…). C’est un livre utile qui ressemble plus à un carnet de voyage qu’à une BD. Les images sont minimalistes c’est le texte qui prime.

    Vivre en terre occupée

    Vivre en terre occupée

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Ar-Men l'enfer des enfers

    "Ar-Men, l'enfer des enfers" de Emmanuel Lepage - Futuropolis

    Présentation de l'éditeur :

    La nouvelle bande dessinée d’Emmanuel Lepage : une plongée fantastique dans le plus mythique des phares, Ar-Men ! 
    Ar-Men est le phare le plus exposé et le plus difficile d’accès de Bretagne, c’est-à-dire du monde. On le surnomme « l’Enfer des enfers ». Mêlant fiction, documentaire et légendes, épopée autant que récit intimiste, Emmanuel Lepage livre un récit de forte intensité. Couleurs somptueuses, images à couper le souffle : Emmanuel Lepage au sommet de son art.

    Extrait :

    Ar-Men l'enfer des enfers

     

    Ce que j'en pense :

    Très bel ouvrage, admirablement dessiné, qui mêle réalité et fiction. On découvre qu'en grattant un peu le réel (au sens propre comme au figuré) on peut découvrir toute une histoire. Ce phare est devenu mythique. Cet album y participe même si je pense que rien ne vaut le livre de Jean Pierre Abraham (écrit en 1967, réédité en 1988).

    Ar-Men l'enfer des enfers

    Ar-Men l'enfer des enfersAr-Men l'enfer des enfersAr-Men l'enfer des enfers

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Les amours suspendues

    "Les amours suspendues" de Marion Fayolle - Magnani

    Présentation de l'éditeur :

    Un homme marié ne peut s'empêcher de regarder les femmes et de leur plaire, de se sentir désiré par elles. Il charme les femmes mais arrête tout systématiquement avec elles au moment où leur amour pourrait s'accomplir. Il fige les sentiments à l'instant même où l'attirance est la plus grande. Cet homme se protège ainsi contre les souffrances et les déceptions qui pourraient anéantir la beauté et le réconfort qu'il trouve dans ces relations platoniques. Cet homme conserve précieusement toutes ses relations inaccomplies – ses amours suspendues – dans une chambre secrète ; ses amours suspendues prennent la forme de femmes congelées, statufiées. Souvent, il prend plaisir à s'enfermer avec les souvenirs de ces femmes qu'il a aimées. Il se souvient avec émotion de chacune d'elles : la femme rouge et fatale, la femme violette et maternelle, la femme jaune et souffrante. Jusqu'au jour où cet homme marié est quitté par celle avec qui il partage sa vie. Il ne l'a pas vu venir et se retrouve dans une très grande tristesse. Il se réfugie dans sa chambre secrète et décide de décongeler toutes ces amours suspendues, de redonner vie à toutes ces femmes dans une tentative désespérée pour retrouver le bonheur perdu...

    Extrait :

    Les amours suspendues

    Pour découvrir d'autres illustrations : 

    http://cargocollective.com/marionfayolle/Les-amours-suspendues

    Ce que j'en pense :

    Livre très original. On reconnaît bien le dessin de Marion Fayolle toujours élégant, léger et sensuel. C'est une BD magnifiquement chorégraphiée où il ne manque que la musique J ! Jeune auteure à suivre et bravo à la maison d'édition qui a fait un très beau travail.

    Les amours suspendues

    Les amours suspenduesLes amours suspenduesLes amours suspendues

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Les vieux fourneaux 4. la magicienne

    "Les vieux fourneaux 4 La magicienne" de Lupano et Cauuet - Dargaud

    Présentation de l'éditeur :

    Après une tournée d'été du théâtre du "Loup en slip", Sophie et Antoine rentrent au bercail... pour découvrir leur charmant village en pleine effervescence ! Le projet d'extension de l'entreprise Garan-Servier, qui relancerait l'économie de la région, est menacé... par une mystérieuse "magicienne dentelée" occupant le terrain. Branle-bas de combat pour les zadistes ! Cela dit, c'est un coup de bol pour les vieux fourneaux, qui peuvent enfin partir à la recherche de leur trésor oublié...Quant à Sophie, elle apprend une délicate vérité au sujet de son père...Confidence pour confidence, révélera-t-elle enfin l'identité du père de sa fille, Juliette ?

    Extrait :

    Les vieux fourneaux 4. la magicienne

     

    Ce que j'en pense :

    On retrouve avec plaisir les personnages des tomes précédents. Les allusions à l'actualité font toujours mouche mais l'ensemble est moins foisonnant, moins fou, aussi bien dans le récit que dans les dialogues. Je ne sais pas si j'irai jusqu'au tome 5 !

    Les vieux fourneaux 4. la magicienne

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

    "Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill"  de Jean Régnaud et Emile Bravo - Gallimard

    Présentation de l'éditeur :

    Michèle sort de son pull une carte postale. Elle m'annonce que c'est MA MAMAN QUI L'A ÉCRITE ! ! ! Michèle me dit alors, en me regardant droit dans les yeux, qu'elle veut bien me la lire mais que je dois d'abord lui promettre que je ne parlerai à personne de cette carte.

    Extrait :

    Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

    Ce que j'en pense :

    C'est une bd qui raconte la découverte du monde des adultes (la famille, l'école, l'absence de la mère) par un garçon de 6 ans. C'est délicat, parfois drôle, un peu mélancolique mais toujours émouvant.

    Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

    Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

    Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Pereira prétend

    "Pereira prétend" de Pierre-Henry Gomont (d'après Tabucchi) - Sarbacane

     Présentation de l'éditeur :

    Lisbonne, Portugal, en pleine dictature salazariste, fin juillet 1938. Dans une ville enveloppée d’un « suaire de chaleur », un journaliste vieillissant, le doutor Pereira, veuf, obèse, cardiaque et tourmenté, rédige chaque jour depuis plus de trente ans la page culturelle du quotidien très conservateur, le Lisboa. Dans cette vie endormie, déboule un certain Francesco Monteiro Rossi… et, de façon tout à fait inattendue, Pereira l’engage. Mais le jeune pigiste, au lieu d’écrire les sages nécrologies que Pereira lui a commandées, lui remet des éloges aussi sulfureux qu’impubliables de Lorca et autres Maïakovski, ennemis avérés du régime fasciste.

    Et là encore, au lieu de congédier ce dangereux collaborateur, le doutor Pereira le garde, se prend peu à peu d’amitié pour lui, puis pour sa mystérieuse et belle compagne, qui se révèle être une fervente combattante révolutionnaire, au service des républicains espagnols. Devenue une oeuvre emblématique de la résistance au totalitarisme et à la censure, Pereira prétend raconte la prise de conscience d’un homme confronté à la dictature. Ou quand un homme décide de se battre la plume au poing !

    Extrait :

    Pereira prétend

    Pereira prétend

     Ce que j'en pense :

    L'album suit fidèlement le roman de Antonio Tabucchi paru en 1994. Les trouvailles graphiques, le dessin, les couleurs apportent une grand force à cette histoire. J'ai particulièrement apprécié tous ces petits bonhommes qui accompagnent le héros et qui représentent ses doutes, ses réflexions. C'est donc un très bel album qui nous parle d'engagement politique dans cette très belle ville de Lisbonne.

    Pereira prétend

    Pereira prétendPereira prétendPereira prétend

     

     

    __________


    votre commentaire
  • Le crépuscule des idiots

    "Le crépuscule des idiots" de Krassinsky - Casterman

    Présentation de l'éditeur :

    Diou existe-t-il ?

    " Certains humains sont bêtes comme des singes, dit-on. Mais il est des singes qui sont sots comme des humains. "
    Une satire mordante sur les errements des prophètes et religions de tout poil.

    Extrait :

    Le crépuscule des idiots

    Ce que j'en pense :

    Une très belle satire de TOUTES les religions, sujet très sensible actuellement. Graphiquement c'est très réussi.  Il y a bien sûr de l'humour mais c'est surtout une magnifique réflexion sur les relations entre pouvoir (des hommes surtout) et religion. Ces (presque) 300 pages se lisent très vite.

    Le crépuscule des idiots

    Le crépuscule des idiotsLe crépuscule des idiotsLe crépuscule des idiots

     

     

    __________


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique