• Anatomie de l'amant de ma femme

    Anatomie de l'amant de ma femme

    "Anatomie de l'amant de ma femme" de Raphaël Rupert - L'arbre vengeur

    Présentation de l'éditeur :

    A trop fréquenter la littérature, il arrive qu’on tombe dedans. Lecteur invétéré, époux d’une écrivaine nantie d’un petit renom, architecte en rupture de plans, le héros de ce premier roman n’est pas avare de confidences sur son grand projet : écrire un livre, lui aussi.

    Mais son écran d’ordinateur ne se remplit que d’images qui ralentissent son travail tout en accélérant son flux sanguin…Les affres de la création deviennent de terribles compagnons dont on se distrait d’un poignet actif.

    Alors, le jour où par ennui ou par dépit, notre homme commet l’incorrection de parcourir le journal intime de sa femme, il en est puni par une découverte qui porte un nom : Léon, et par une révélation : c’est un amant hors normes.

    Affolé, vexé mais stimulé, il se lance dans une enquête qui a tout d’une quête : pourquoi chez lui sexualité et littérature sont-elles autant liées ? Cet amateur de théories cocasses s’épanche et nous entraîne, l’air de rien, dans la dernière des grandes aventures : celle qui mène à soi.

    Un livre réjouissant avec des hauts, débats, et quelques ébats.

    Première page :

    "À MIDI, JE SUIS ALLÉ faire un tour et je me suis souvenu de quelque chose concernant les débuts de roman. Plus précisément l’introduction des personnages principaux dans un récit. L’auteur se sent parfois tenu de justifier le choix de l’identité qu’il a réservée à ses personnages. Une anecdote relative à la genèse du patronyme, ou à sa sonorité, illustre pourquoi Machin s’appelle Machin et pas MachinChose. Et plus l’anecdote semble crédible, plus l’auteur essaie, dans un effort un peu vain, de justifier son choix, le choix de la première pierre sur laquelle va s’appuyer tout l’édifice de sa fiction.

    Car en effet, pourquoi Paul plus que Jacques, pourquoi Estelle plus que Marion ? Et pourquoi Machin plus que MachinChose ?

    La sonorité, la sociologie, bien sûr, guident le choix de l’auteur. Un Jean-Jacques, un Jacky feront mauvaise figure pour un entrepreneur du web de 25 ans issu des beaux quartiers, alors qu’un Théo ou un Ferdinand feront parfaitement l’affaire."

    Ce que j'en pense :

    Dans ce livre il y a des choses originales, drôles, inventives, plutôt (dé)culottées et quelques réflexions intelligentes sur l’écriture, la fiction et les écrivains. Mais au fil des pages on se lasse de toujours tourner autour du même sujet : la bite et les pets !

    Anatomie de l'amant de ma femme

     

     

    ________


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :